Espace: un inventaire à la Prévert à bord de l'ATV-4 Albert Einstein

le
0
Espace: un inventaire à la Prévert à bord de l'ATV-4 Albert Einstein
Espace: un inventaire à la Prévert à bord de l'ATV-4 Albert Einstein

Du beurre de cacahuète, des pyjamas, du parmesan, des brosses à dent, des fraises... des dizaines d'articles de première nécessité agrémentés de quelques douceurs ont été chargés à bord de l'ATV-4, le cargo de l'espace qui doit ravitailler les astronautes de la Station spatiale internationale (ISS).Transporté par l'ATV Albert Einstein qui doit être lancé dans la nuit de mercredi à jeudi par une fusée Ariane 5 depuis Kourou, cet inventaire à la Prévert doit apporter aux occupants de l'ISS le minimum vital, comme de l'oxygène, de l'eau potable et des denrées alimentaires, mais aussi un peu de réconfort, avec des photos de famille ou leurs friandises préférées.Avec 1.400 articles, il s'agit du plus grand assortiment de produits jamais acheminé jusqu'à l'ISS.Le plus attendu est peut-être le colis-surprise, de la taille d'une boîte à pain, destiné à chacun des astronautes, dont la mission sur l'ISS dure six mois. "Il est assez petit, mais on peut mettre plein de choses dedans", a indiqué à l'AFP Kerstin MacDonnell, ingénieur du Centre européen de technologie spatiale (Estec) de l'Agence spatiale européenne (ESA).Par exemple des "cartes d'anniversaire ou des dessins de leurs enfants, ou si l'un d'entre eux a une envie de chewing-gum ou de viande séchée ou tout autre chose qu'ils aiment"."Le plus souvent, ce sont juste des objets de confort qui remontent le moral, des choses personnelles et des souvenirs de la famille", ajoute-t-elle.Kerstin MacDonnell a supervisé le chargement de l'ATV Albert Einstein, quatrième et avant-dernier cargo de l'ESA vers l'ISS, depuis Kourou.Oeufs brouillésAu total, 2,6 tonnes de fret ont été conditionnées, dont des articles de la vie quotidienne, comme du papier d'imprimante, des outils, des brosses à dents et des chaussettes, et même un repas de régime spécial préparé par le chef français Alain Ducasse : il s'agit d'une expérience pour tester les besoins ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant