Esclavage : «Cette histoire, c'est aussi la nôtre», déclare Hollande

le
1
Esclavage : «Cette histoire, c'est aussi la nôtre», déclare Hollande
Esclavage : «Cette histoire, c'est aussi la nôtre», déclare Hollande

Alors que la commémoration de l'abolition de l'esclavage se déroule dans un contexte polémique, François Hollande a profité de la cérémonie de qu'il présidait ce samedi dans le Jardin du Luxembourg à Paris, pour appeler à «lutter contre les discriminations».

Entouré de plusieurs ministres, le chef de l'Etat a reconnu que «cette histoire, c'est aussi la nôtre», rappelant qu'il s'agissait d'honorer «la mémoire de ces millions d'hommes et de femmes arrachés à leurs terres». Cette histoire, il faut «la regarder avec ses lumières mais aussi ses ombres», a estimé le président de la République, qui a martelé sa volonté de «lutter contre les discriminations».

«La France est toujours la France lorsqu'elle se situe au côté de ceux qui luttent pour l'égalité», a lancé le chef de l'Etat, à peine rentré de son déplacement en Allemagne. «La France n'est vraiment la France que lorsqu'elle défend des valeurs partout dans le monde.»

«Nous ne pouvons admettre les discriminations»

«La France est une nation qui rassemble des citoyens par-delà leur diversité, leur origine, leur couleur de peau», a insisté le président de la République. «La France est fière des Outre-mers, de leur richesse humaine et de leur rayonnement sur les cinq continents», a-t-il poursuivi. «La France est fière de tous ses enfants qu'ils soient nés ici ou sur un sol étranger.»

«Nous ne pouvons admettre les discriminations», a martelé le chef de l'Etat, rappelant que «la promesse d'égalité que la République a fait à ses enfants il y a plus de 200 ans nous engage toujours». Un message répété à l'issue de son discours, lorsque François Hollande a, une nouvelle fois appelé face à la presse à «lutter contre toutes ces discriminations qui frappent parfois ces jeunes».

Ces commémorations dans un contexte particulier, entre les polémiques qui ont agité la fin de la semaine et la mobilisation internationale pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le samedi 10 mai 2014 à 19:01

    Lui est surtout intéressé par les voix de ces électeurs, les derniers avec les fonctionnaires a lui faire confiance