Erythrée et Ethiopie s'accusent mutuellement d'incidents frontaliers

le
0
    ADDIS-ABEBA, 13 juin (Reuters) - L'Erythrée et l'Ethiopie se 
sont mutuellement accusées d'être à l'origine d'incidents 
frontaliers survenus dimanche, qui témoignent de tensions 
persistantes après le conflit meurtrier qui a opposé les deux 
pays de 1998 à 2000. 
    Les autorités éthiopiennes ont parlé d'un retour au calme 
lundi, au lendemain des explosions qui avaient été signalées par 
un habitant du côté éthiopien de la frontière. 
    L'Erythrée, qui a acquis son indépendance en 1991 vis-à-vis 
d'Addis-Abeba, a mené une guerre frontalière avec l'Ethiopie de 
1998 à 2000 qui a fait dans les 70.000 morts. 
    Le ministère érythréen de l'Information a affirmé dimanche 
soir que le gouvernement éthiopien avait "déclenché une attaque 
contre l'Erythrée sur le front central de Tsorona". 
    Tsorona est une ville au sud de la capitale Asmara, non loin 
de la frontière. Ce secteur a connu d'intenses combats durant le 
conflit frontalier de 1998-2000. 
    L'Ethiopie conteste la version érythréenne des événements de 
dimanche, accusant l'Erythrée d'être à l'origine des incidents. 
"Leurs forces (érythréennes) ont été rapidement repoussées", a 
dit à Reuters le porte-parole du gouvernement à Addis-Abeba, en 
ajoutant que le calme régnait lundi sur la frontière. 
 
 (Aaron Maasho; Eric Faye pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant