Ervin, sa vie est un roman

le , mis à jour à 07:00
0
Ervin, sa vie est un roman
Ervin, sa vie est un roman

Quand Anthony Ervin a gagné l'or du 50 m NL à Sydney en 2000, Florent Manaudou avait... 10 ans. Dans la nuit de vendredi à samedi, l'Américain, 35 ans, est devenu le champion olympique le plus âgé de la natation en individuel. Et surtout le roi du grand écart, seize ans après son premier sacre. La vie du Californien est digne des plus beaux scénarios de Hollywood.

Il a touché le fond

Sacré à 20 ans, retraité à 22... Contrairement à son légendaire compatriote Michael Phelps, qui a flotté sur l'alcoolisme et la dépression, Ervin, lui, va s'y noyer. L'Américain est passé par tous les états. De tentative de suicide en course-poursuite à moto avec la police, de consommation de drogue en diagnostic du syndrome de la Tourette, l'ancien prodige a connu le pire. Il a joué dans plusieurs groupes de rock et transformé son corps en boutique de tatouages. Comme une ironie, la natation va le sauver. Pour gagner sa vie, il donne des cours aux enfants. Et comme dans toutes les belles histoires dont raffolent les Américains, il retrouve avec bonheur le goût du chlore et de la compétition. Le bien a triomphé du mal...

Il a tissé sa toile

Internet n'a pas de secret pour le sprinteur de Burbank. En mai 2005, Ervin a même mis sa médaille olympique en vente... sur eBay. Pas pour payer ses traites mais pour la bonne cause. Touché par la catastrophe du tsunami de décembre 2004 en Asie, il décide de se délester de son or pour récolter de l'argent pour les victimes. Il glane 17 000 € et tire sa révérence. C'est en effet à ce moment-là qu'il bascule dans un autre monde. Pour financer sa longue préparation à la rédemption au pied du Corcovado, Ervin a fait appel... au crowdfunding via la plate-forme Dreamfuel, dès 2012. « C'est quand même irréel, un peu absurde », se marrait-il après sa victoire.

Il est prêt pour... Tokyo

Contrairement à Florent Manaudou, Ervin ne se pose pas de question. Il a bien l'intention de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant