Ericsson passera une charge pour ses parts dans ST-Ericsson

le
0

STOCKHOLM (Reuters) - Ericsson a annoncé jeudi qu'il inscrirait une charge de 8,0 milliards de couronnes suédoises (923 millions d'euros) dans ses comptes du quatrième trimestre liée à sa participation dans ST-Ericsson, sa coentreprise avec STMicroelectronics, dont son partenaire français est en train de sortir.

Cette annonce vient souligner les difficultés de ST-Ericsson, déficitaire depuis sa création en 2009 et qui avait annoncé en avril un plan de restructuration comprenant 1.700 suppressions d'emplois.

Ericsson, le premier fabricant mondial d'équipements pour réseaux télécoms, est lui-même confronté à une baisse de ses ventes dans son coeur de métier et sa situation est aggravée par les pertes de ses coentreprises, le fabricant de téléphones Sony Ericsson - qu'il a vendu - et ST-Ericsson, qui fabrique des puces mais dont les fortunes ont décliné avec celles de son principal client, Nokia.

"La charge intègre la dépréciation d'actifs afin de refléter la meilleure estimation actuelle de la part d'Ericsson dans la juste valeur de la coentreprise, ainsi que des charges supplémentaires liées aux options stratégiques envisageables pour l'avenir des actifs de ST-Ericsson", déclare le groupe suédois dans un communiqué.

Un porte-parole a précisé que l'essentiel de la charge provenait de la dépréciation de prêts octroyés par Ericsson à la coentreprise.

A la Bourse de Stockholm, Ericsson cède 1,51% vers 9h10 GMT, à 65,35 couronnes, après une ouverture en baisse de 3,6%. A Paris, STMicrolectronics n'abandonne plus que 0,11% à 5,35 euros après avoir également ouvert en nette baisse en réaction à l'annonce d'Ericsson.

STMicro avait annoncé le 10 décembre son retrait de la coentreprise, en précisant qu'il serait effectif après une période de transition censée s'achever au troisième trimestre 2013.

Ericsson a redit qu'il examinait des options stratégiques pour ST-Ericsson, tout en excluant de reprendre les 50% de son partenaire franco-italien.

Le groupe suédois estime à trois milliards de couronnes les besoins de financement additionnels de ST-Ericsson, principalement en 2013.

Ericsson avait annoncé en octobre une baisse de 42% de son bénéfice brut d'exploitation au troisième trimestre.

Simon Johnson, Marc Angrand et Véronique Tison pour le service français, édité par Catherine Monin

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant