Éric Woerth : «À carrière égale, retraite égale»

le
38
INTERVIEW - L'ex-ministre du Travail de Nicolas Sarkozy juge qu'il faut augmenter la durée de cotisation et l'âge de départ, et aligner le public sur le privé.

LE FIGARO.- Que pensez-vous des pistes du rapport Moreau?

Éric WOERTH. - Quelques-unes des mesures prônées s'inscrivent dans la continuité de la réforme de 2010 et la consolident. Rien de ce que nous avons fait n'est remis en cause: ni le recul de l'âge de départ, ni nos mesures pénibilité, ni la poursuite de la convergence entre public et privé. Cela dit, on constate un double mensonge de la part de François Hollande. C'est d'abord le reniement par le PS de ce qu'il a dit lors de la réforme menée sous Nicolas Sarkozy. C'est également une volte-face par rapport à ses déclarations de campagne lorsqu'il parlait notamment de réforme systémique. Il y a trois ans, la gauche s'est battue contre l'idée que, comme les Français vivent plus longtemps, il faudra cotiser plus longtemps. Aujourd'hui, François Hollande répète cette formule à l'envi. À croire qu'il a retrouvé les discours de son prédécesseur...

«Tous les Français» seront mis à contribution. Est-ce juste?

La clé d'entrée du rapport, comme de toutes les réformes de la gauche, c'est la hausse des charges. La moitié des mesures proposées par Yannick Moreau se résume à des hausses d'impôts, mais il faut arrêter d'injecter toujours plus d'argent. Nous n'en avons plus les moyens, la France consacrant déjà 14% du PIB aux retraites. Un record, ou presque. Tout prélèvement supplémentaire sur les entreprises ou les retraités handicapera la compétitivité et le pouvoir d'achat.

On va quand même vers une hausse de la durée de cotisation...

Si le gouvernement se contente d'augmenter la durée à 43 annuités d'ici à 2020, il ne résoudra pas le déséquilibre financier. Agir uniquement sur la durée de cotisations pénalise fortement les jeunes qui ont fait des études et qui ont commencé à travailler tard. On ne peut pas prétendre renforcer la compétitivité de la France en encourageant les jeunes à se former et les pénaliser au moment de la retraite! Enfin, laisser les gens prendre leur retraite plus tôt sans avoir tous leurs trimestres, c'est la garantie d'une multiplication des retraités pauvres: en commençant à travailler à 22 ans et 44 ans de cotisations un futur retraité partant à 62 ans, aura une décote de 30% de sa pension!

Que faut-il faire selon vous?

Il faut utiliser les deux leviers: allonger la durée de cotisation à 43 ans d'ici à 2021 et décaler en même temps l'âge de départ à 63 ans. On économiserait ainsi 15 milliards d'euros. Pour piloter le système par la suite, il faudrait indexer à la fois l'âge légal et la durée sur l'espérance de vie, pour en finir tous les cinq ans avec la dramaturgie politique autour des retraites.

Le gouvernement veut corriger les inégalités et la pénibilité...

Entre 40 et 50 milliards sont déjà alloués aux mesures de justice et nous avons introduit en 2010 pour la première fois un dispositif pénibilité, notamment en faveur des salariés qui ont été exposés à des substances cancérigènes ou au travail de nuit. Quant aux inégalités, il n'est pas possible de régler tous les problèmes posés lors de la carrière uniquement au moment de la retraite, il faut agir tout au long de la vie!

Et les inégalités public-privé?

Nous avons continué en 2010, de façon progressive, la convergence entre les régimes du public et du privé. Pour un même niveau de pension, les fonctionnaires cotisaient moins. Nous avons donc mis en place un rattrapage de cotisation sur dix ans et supprimé les avantages indus, comme les retraites anticipées pour les parents de trois enfants et plus. Yannick Moreau propose de calculer les pensions du public sur les dix dernières années de carrière. Pourquoi dix? Cela n'a aucun sens, il faut faire la convergence totale. Donc passer dans le public aux 25 meilleures années en intégrant dans le calcul toutes les primes. À carrière égale, retraite égale: tel doit être le principe de la réforme. Par souci de justice, le gouvernement devra aussi accélérer la réforme des régimes spéciaux.

Le rapport Moreau évoque aussi de désindexer les pensions...

En 2010, les pensions du public étaient de 10% plus élevées que celles du privé à carrière égale. L'écart ne s'est pas réduit. Il faut donc effectuer un rattrapage, en désindexant les pensions des fonctionnaires et des régimes spéciaux jusqu'à ce que les niveaux soient les mêmes que dans le privé. On économiserait 5 milliards d'ici à 2021. Additionné aux 15 milliards sur les mesures d'âge, on comble le besoin de financement de 20 milliards sans augmenter les impôts.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le lundi 10 juin 2013 à 23:54

    SI VOUS VOULEZ AGIR, SIGNEZ LA PETITION ET FAITE SUIVRE http://www.contribuables.org/2012/10/24/alignons-les-retraites-du-public-sur-cel les-du-prive/ http://www.irefeurope.org/content/la-fonction-publique-en-france- et-en-suède-deux-mondes-complètement-différents

  • rodde12 le vendredi 7 juin 2013 à 17:50

    Heureusement qu'il y a encore des "fonctionnaires" pour faire rentrer l'argent....Et du privé pour payer. Mais es-ce que ça va durer?

  • M3365316 le vendredi 7 juin 2013 à 17:21

    en commençant à travailler à 22 ans et 44 ans de cotisations un futur retraité partant à 62 ans, aura une décote de 30% de sa pension! j'lai pas bien comprite celle la

  • alainb57 le vendredi 7 juin 2013 à 13:04

    xela78 a raison : pourquoi WORTH et son grand chef (sans oublier leurs prédecesseurs) ne l'ont ils pas fait quand , depuis 1995, la droite était au pouvoir ? Ca représente quand même 17 ans de pouvoir : ils n'ont pas eu le temps de réfléchir ?

  • jlgi le vendredi 7 juin 2013 à 12:08

    Et relisez tout ce qui s'est dit depuis le début eu lieu de faire le bourrin qui possède la science infuse!

  • jlgi le vendredi 7 juin 2013 à 12:03

    Jbellet...Contentez-vous de parler de ce que vous connaissez sans répéter des lieux communs entendus au comptoir d'un bar ou d'un guichet de La Poste!....

  • gjack le vendredi 7 juin 2013 à 11:58

    Que les politiques, pour l'exemple, commencent par réformer leurs retraites, ensuite ils pourront nous faire des propositions

  • jbellet le vendredi 7 juin 2013 à 11:50

    de qui se moque t'on quand on dit que le salaire des fonctionnaires n'augmente pas?une partie est indexée sur le SMIG qui a augmenté 3 fois en 14 mois ajouter a cela il faut ajouter les changements d'échelon et de grade qui se font a l'ancienneté (tous les 3 max) auquel il faut ajouter les primes qui augmentent (régime indemnitaire , NBI, etc...)

  • jlgi le vendredi 7 juin 2013 à 11:20

    Leurs salaires n'augmentent pas (je parle du fonctionnaire de base), sauf celui des hauts fonctionnaires, qui pour certains a doublé.....

  • jlgi le vendredi 7 juin 2013 à 11:19

    Nos politiciens savent bien faire jouer la jalousie entre les francais; prendre un bouc émissaire (les fonctionnaires en ce moment), nous laisser nous disputer et palabrer, puis pendant ce temps passer n'importe quelle réforme dans notre dos. Plus besoin de vaseline!! C'est une bonne recette qui fonctionne depuis pas mal d'années déjà, et pourtant rien ne va mieux...Le nombre de fonctionnaire a beaucoup diminué mais il nous coutent toujours aussi chers.