Eric Galiègue (Valquant) : « Le Cac 40 pourrait finir l’année autour de 3.000 points »

le
0
Si la crise systémique a été évitée, des facteurs techniques et les prévisions de ralentissement accentuent la baisse des indices. Les valeurs peu endettées et aux activités récurrentes s’en sortiront mieux que les autres selon Eric Galiègue, président du cabinet d'analyse Valquant (Groupe DayByDay).

Le Cac 40 a fait plusieurs incursions lundi sous la barre des 3.000 points. La perspective d’une récession, même brutale, justifie t-elle selon vous les mouvements de panique et la grande volatilité des indices observés au cours des dernières séances ?

Eric Galiègue : Nous savions depuis quelques mois que la rencontre entre la crise des subprimes, d’une part, et la crise économique qui se profile d’autre part constituerait un passage difficile à franchir pour les marchés. Cela étant, il y a à mon sens deux éléments qui justifient la virulence de la baisse ces jours-ci. Du côté de la sphère financière, nous sommes en train d’assister à la « mise à mort » d’une partie de l’industrie des hedge funds. Nous ne sommes pas dans une période d’arbitrage mais de liquidation de portefeuilles alors que les échéances de fin d’année se rapprochent. Comme les volumes de transactions ne sont pas particulièrement élevés, les baisses sont d’autant plus violentes. Les dysfonctionnements majeurs observés sur les marchés de crédit aboutissent également à des débouclages de positions sur les produits dérivés (CDS de Lehman Brothers par exemple) qui accentuent ce phénomène purement technique, d’autant que les investisseurs institutionnels ont tendance à vendre pour récupérer des liquidités et respecter ainsi leurs ratios de solvabilité.

Et du côté de l’économie réelle ? Les marchés ont-ils intégré toutes les mauvaises nouvelles ?

E.G : C’est le deuxième élément. Prenons l’exemple du secteur automobile. Nous ne sommes pas dans une situation de ralentissement progressif de l’activité mais d’arrêt brutal de la demande finale. Il faut savoir que 60% des voitures sont vendues à crédit. C’est un marché très sensible à la psychologie dégradée des consommateurs qui préfèrent repousser l’achat d’un nouveau véhicule. Plus généralement, nous avons échappé à la crise systémique. Le pire est derrière nous, le marché monétaire se remet à fonctionner, mais cela ne veut pas dire que la suite soit réjouissante. Les indicateurs avancés montrent clairement une chute du moral des entrepreneurs et des consommateurs. Certaines entreprises vont être confrontées directement à un risque de défauts.

Justement, comment un analyste peut repérer les valeurs en danger ?

E.G : Il faut analyser en détail le compte de résultat et le bilan, regarder de près la structure de l’endettement des entreprises, la récurrence ou non de leurs revenus et déterminer de quelle manière elles peuvent adapter leurs coûts à une chute de leurs revenus. Les entreprises qui auront réussi le mieux à préserver leur valeur pourront racheter leurs concurrentes malheureuses. Cette crise va donner lieu inévitablement à des mouvements de consolidation.

Quelles sont vos valeurs préférées dans le contexte actuel ?

E.G : Les entreprises peu endettées avec une activité récurrente disposent des meilleurs profils pour tirer leur épingle du jeu. Prenons l’exemple de Vivendi qui s’est bien désendetté et dispose de revenus récurrents avec la téléphonie (SFR). Dans le cadre de l’effondrement du marché immobilier américain, Lafarge a montré une certaine résistance et devrait profiter de l’amélioration de la situation à partir de l’année prochaine, d’autant que l’industrie du ciment n’est pas en surcapacité au niveau mondial. Notons enfin le faible endettement d’un acteur de la grande distribution comme Carrefour.

Une prévision pour le Cac 40 d’ici la fin de l’année ?

E.G : On pourrait finir l’année autour de 3.000 points, ce qui n’exclut pas le franchissement de seuils inférieurs d’ici là.

Propos recueillis par Julien Gautier


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant