Eric Bleines (CCR AM) : « C'est le bon moment de renforcer certaines cycliques »

le
0
La consolidation récente doit être l'occasion de renforcer les cycliques les plus prometteuses avant la publication des résultats trimestriels. Le timing est opportun selon Eric Bleines, gérant du fonds CCR Actions Euro chez CCR AM.

Le Cac 40 est reparti à la baisse cette semaine sur fond d'inquiétudes toujours vives sur la situation macroéconomique. Les mauvais chiffres de l'emplois aux Etats-Unis publiés vendredi 2 juillet montrent en tout cas que la sortie de crise prendra du temps. Le rebond enclenché le 9 mars n'a t-il pas été trop rapide ?

Eric Bleines : Dans un premier temps, le marché a rebondi sur trois nouvelles importantes : la stabilisation de l'économie, l'impact positif des plans de relance (en Chine notamment) et l'activisme des banques centrales. La période de publication des résultats trimestriels va être l'occasion pour le marché de faire le tri car certaines valeurs ont profité de la hausse sans véritable raison. On devrait connaître quelques ajustements, avis aux stock-pickers !

Le repli des indices depuis un mois (le Cac 40 a frôlé les 3.400 points le 2 juin) n'est pas selon vous l'amorce d'une nouvelle baisse ?

E.B : Non, je pense qu'il s'agit plutôt d'une consolidation saine. Les marchés européens restent très faiblement valorisés avec un ratio de valorisation de seulement 1,3 fois l'actif net contre une moyenne historique de 2,4. Le potentiel de réappréciation reste conséquent. Mais les catalyseurs seront « micros », d'où l'importance des publications trimestrielles. Plus que les résultats qui seront globalement mauvais, il sera particulièrement important de surveiller la teneur du discours des managements.

Début mars, vous nous indiquiez garder en fond de portefeuille des valeurs défensives comme France Télécom, des pétrolières (Total) ou des pharmaceutiques (Sanofi) sans vous interdire des incursions sur des valeurs industrielles plus cycliques. Cette stratégie est-elle toujours valable ? Comment arbitrez-vous le match entre défensives et cycliques ?

E.B : Pas de grand changement sur les valeurs défensives de fond de portefeuille. Je garde les télécoms qui n'ont pas fait grand chose ces derniers temps et j'ai augmenté le secteur utilities. J'ai renforcé notamment EDF et acheté du E-ON. Sinon, j'ai allégé le secteur automobile (Peugeot ou Michelin) mais j'ai gardé Daimler, ce qui me semble une bonne affaire aux cours actuels. Pour les pharmas, je conserve Sanofi dont la valorisation est vraiment trop basse ainsi que les valeurs pétrolières. Globalement, il ne faut toutefois pas hésiter à vendre quelques défensives pour acheter des cycliques. C'est le bon moment de renforcer les cycliques les plus prometteuses...

Par exemple ?

E.B : Je pense qu'il peut être judicieux d'alléger un titre comme Casino pour acheter de la construction. Une valeur allemande comme le cimentier HeidelbergCement mérite le détour. Leader mondial dans les granulats, la société profite des commandes de BTP (travaux routiers notamment). En quasi-faillite en raison d'un endettement trop élevé, HeidelbergCement a obtenu la restructuration de sa dette auprès des banques. L'entreprise a deux ans pour rembourser et faire un plan de cessions. Elle devrait profiter de la demande pour réaliser des cessions à meilleur compte et les actionnaires n'ont pas été dilués par une augmentation de capital en bas de cycle. On pourra également revenir sur des valeurs technologiques comme Cap Gemini dont la valorisation est très basse et même sur le secteur financier avec Crédit Agricole qui me semble attractif à ces niveaux de cours.

Propos recueillis par Julien Gautier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant