Erdogan resserre son emprise sur l'armée

le
0
    ANKARA, 31 juillet (Reuters) - La Turquie s'apprête à fermer 
ses académies militaires et à placer son armée sous le contrôle 
du ministère de la Défense, a annoncé samedi le président Recep 
Tayyip Erdogan qui confirme sa volonté de mettre l'armée au pas 
après la tentative de coup d'Etat qui a ébranlé son pouvoir. 
    Cette reforme, qui ont être annoncée dimanche au Journal 
officiel, intervient après le limogeage de plus de 1.700 membres 
du personnel militaire pour leur rôle dans la tentative de coup 
d'Etat des 15 et 16 juillet. 
    Recep Tayyip Erdogan a déclaré la semaine dernière à Reuters 
que l'armée turque avait besoin de sang neuf. Parmi les soldats 
limogés, figurent près de 40% des généraux et amiraux du pays. 
    La Turquie impute la tentative de coup d'Etat au prédicateur 
Fethullah Gülen qui a fait 237 morts et plus de 2.100 blessés 
selon des chiffres communiqués par le président turc. 
    Plus de 60.000 militaires, magistrats, fonctionnaires et 
enseignants ont été arrêtés, limogés ou suspendus pour leurs 
liens supposés avec Fethullah qui réfute les accusations du 
pouvoir. 
    "Nos forces armées seront bien plus puissantes grâce aux 
décrets que nous préparons. Les commandants de nos forces armées 
rendront compte au ministre de la Défense", a déclaré Recep 
Tayyip Erdogan à la chaîne de télévision privée Haber. 
    "Les écoles militaires seront fermées. Nous allons créer une 
université nationale de la défense." 
    Recep Tayyip Erdogan a également annoncé qu'il souhaitait 
que les services de renseignement et le chef d'Etat major 
dépendent directement de la présidence, ce qui nécessitera au 
préalable une révision constitutionnelle et donc, l'accord de 
l'opposition. 
    Pour l'heure, les services de renseignement et le chef 
d'Etat major dépendent du Premier ministre. En les plaçant sous 
le contrôle de la présidence, Recep Tayyip Erdogan concrétisera 
son souhait d'étendre les prérogative du chef de l'Etat, un 
projet qu'il caresse depuis de longues années mais qu'il n'est 
toujours pas parvenu à mettre en oeuvre. 
 
 (Yesim Dikmen,; Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant