Erdogan reproche à l'UE d'accueillir des soutiens de terroristes

le
1
    ANKARA, 10 mai (Reuters) - Le président turc, Recep Tayyip 
Erdogan, a accusé mardi les Etats de l'Union européenne de 
servir de refuge aux branches politiques de certaines 
organisations terroristes, et reproché à   l'UE de faire la 
leçon à son pays sur la législation antiterroriste.  
    La Commission européenne a demandé la semaine dernière aux 
pays membres de l'Union d'accorder l'exemption de visas aux 
Turcs en contrepartie de l'accord par lequel Ankara s'engage à 
réduire l'afflux de réfugiés et de migrants vers l'Europe.  
    Mais Bruxelles demande encore à la Turquie de modifier 
certains textes de loi pour que sa législation antiterroriste 
réponde aux critères européens en la matière.  
    Dans un discours prononcé à Ankara mardi, Erdogan a estimé 
que l'UE devait changer ses propres lois sur le terrorisme et il 
a dit espérer que l'exemption de visas pour les Turcs soit 
appliquée au plus tard en octobre.  
    "Certains pays européens continuent de servir de refuges aux 
extensions politiques de groupes terroristes. Lorsque c'est le 
cas, le fait que l'UE critique notre pays sur la définition du 
terrorisme relève de l'humour noir", a-t-il dit.  
    "Avant tout, nous attendons des pays de l'UE qu'ils 
corrigent leurs propres lois qui soutiennent le terrorisme." 
    Pour obtenir l'exemption de visas, la Turquie doit encore 
remplir cinq des 72 critères fixés par les autorités européennes 
pour l'ensemble des pays avec lesquels elle noue ce type 
d'accord. L'un de ces critères est une définition plus 
restrictive du terrorisme.  
    Pour beaucoup de Turcs, la possibilité de se rendre sans 
visa dans l'Union européenne constituerait la principale 
retombée concrète positive de l'accord avec Bruxelles sur la 
gestion des flux migratoires.  
     
 
 (Ece Toksabay et Tulay Karadeniz; Marc Angrand pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le mardi 10 mai 2016 à 17:49

    C'est la Turquie qui arme les islamistes et qui les forme, ensuite elle les envoie en France avec un passeport syrien.