Erdogan refuse de retirer les soldats turcs du nord de l'Irak

le
0
 (Précisions, §§ 1, 3) 
    ANKARA, 10 décembre (Reuters) - Le président turc Recep 
Tayyip Erdogan a exclu jeudi de retirer ses soldats du 
territoire irakien et annoncé la tenue le 21 décembre d'une 
réunion tripartite entre représentants turcs, américains et 
Kurdes irakiens. 
    "Il est hors de question pour le moment que la Turquie 
retire ses soldats d'Irak", a dit le président turc lors d'une 
conférence de presse, soulignant que ces troupes étaient sur 
place non pour participer aux combats mais pour former les 
peshmergas, les combattants kurdes qui affrontent dans la région 
les djihadistes de l'Etat islamique (EI). 
    "Le nombre de nos soldats (dans le nord de l'Irak) pourrait  
augmenter ou baisser en fonction du nombre de peshmergas qui 
auront été entraînés", a-t-il ajouté. 
    Mercredi, Erdogan avait affirmé que des soldats turcs 
étaient déployés depuis 2014 sur la base militaire de Bachika, 
dans le nord de l'Irak, à la demande même du Premier ministre 
irakien Haïdar al Abadi. 
    Le ministère irakien des Affaires étrangères a convoqué 
samedi l'ambassadeur turc pour exiger le retrait immédiat des 
centaines de soldats déployés notamment à proximité de la ville 
de Mossoul, contrôlée par l'EI. 
    Le ministère irakien a affirmé que les forces turques 
avaient pénétré dans le pays sans en avertir le gouvernement de 
Bagdad et que l'Irak considérait cette présence comme un "acte 
d'hostilité". 
 
 (Jonny Hogg et Yesim Dikmen, Guy Kerivel pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant