Erdogan réclame de nouvelles mesures contre les pro-kurdes du HDP

le
2
    ISTANBUL, 6 janvier (Reuters) - Le président turc Recep 
Tayyip Erdogan a déclaré mercredi que certains parlementaires et 
maires se comportaient comme s'ils appartenaient à une 
organisation terroriste et a réclamé que des mesures soient 
prises à leur encontre. 
    Le sud-est turc, à grande majorité kurde, a renoué ses 
derniers mois avec la violence qui le déchirait dans les années 
1990 avec la rupture du cessez-le-feu observé depuis deux ans 
par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui réclame 
davantage d'autonomie à Ankara. 
    Recep Tayyip Erdogan et le gouvernement accusent le HDP 
pro-kurdes, troisième formation politique au Parlement, d'être 
le prolongement du PKK. Le HDP s'en défend et dit condamner la 
violence et réclame un règlement pacifique du conflit. 
    "En Turquie, il n'y a pas de problème kurde mais un problème 
de terrorisme. Toutes les minorités ont des problèmes qui sont 
les leurs et nous avons toujours essayé de les résoudre", a dit 
le chef d'Etat devant des responsables d'exécutifs locaux. 
    Selon lui, de plus en plus de responsables kurdes devraient 
être poursuivis et il a réclamé aux autorités qu'ils soient 
traités de la même manière que sont traités les membres du PKK, 
une organisation que la Turquie qualifie de terroriste. 
    "Je pense que le législatif et le judiciaire se doivent 
d'agir contre les parlementaires qui se comportent comme les 
membres d'une organisation terroriste", a déclaré Recep Tayyip 
Erdogan, tout se disant opposé à l'interdiction des partis 
politiques. 
    "Les titres de parlementaire, maire ou dirigeant de partis 
ne doivent permettre à personne d'échapper à la loi à partir du 
moment où ils se sont mis du côté d'une organisation 
terroriste." 
    Recep Tayyip Erdogan a renouvelé mercredi l'appel lancé en 
juillet au Parlement afin qu'il lève l'immunité des députés 
suspectés d'être liés aux au PKK après l'ouverture d'une enquête 
sur Selahattin Demirtas, l'un des dirigeants du HDP. 
 
 (Humeyra Pamuk et Melih Aslan,; Nicolas Delame pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le mercredi 6 jan 2016 à 17:24

    La sienne!

  • M8252219 le mercredi 6 jan 2016 à 16:54

    La dictature est en marche: Erdogan ne veut plus voir qu'une seule tête.