Erdogan plaide pour une intervention massive

le
0
Le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan estime qu'une action en Syrie doit avoir pour objectif de «contraindre le régime à abandonner».

Ankara ne fait pas défection. Faible consolation pour l'Élysée, qui se retrouve isolé après le retrait britannique et le délai américain au sujet d'une éventuelle opération militaire en Syrie.

Non seulement la Turquie maintient sa volonté de prendre place dans une coalition internationale contre son voisin, mais elle réclame une intervention plus massive que des frappes ciblées. «Viser des objectifs locaux en Syrie ne nous rapproche pas d'une solution mais rend aussi les conditions encore plus difficiles», a déclaré Recep Tayyip Erdogan, en meeting à Istanbul dimanche. Déjà, vendredi, il avait critiqué «une attaque éclair d'un jour ou deux» jugée inefficace pour mettre fin «au bain de sang», et avait donné en exemple l'engagement à grande échelle de l'Otan au Kosovo qui avait contraint la Serbie à se retirer.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant