Erdogan : les Occidentaux ont "pris le parti des putschistes"

le
0
Le président turc Recep Tayyip Erdogan remercie ses partisans lors d'une manifestation en forme de démonstration de force de ses soutiens, le 7 août à Istanbul.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan remercie ses partisans lors d'une manifestation en forme de démonstration de force de ses soutiens, le 7 août à Istanbul.

Trois semaines après la tentative de putsch qui a secoué la Turquie dans la nuit du 15 au 16 juillet, le chef de l'État turc s'est confié pour la première fois dans la presse occidentale depuis ces événements, dans un entretien accordé au Monde

. Il y reproche à ses partenaires européens et américains leur manque « d'empathie » et de soutien. « Pendant la tentative de putsch, une partie des leaders du monde occidental m'ont appelé au téléphone. Cela n'était pas suffisant. Nous n'étions pas face à une attaque terroriste ordinaire. [...] Le monde entier avait réagi à l'attaque contre Charlie Hebdo. Notre Premier ministre s'était joint à la marche dans les rues de Paris. J'aurais souhaité que les leaders du monde occidental réagissent également à ce qui s'est passé en Turquie et qu'ils ne se contentent pas de quelques clichés pour condamner [la tentative de putsch, NDLR]. Ou alors, j'aurais voulu qu'ils viennent ici en Turquie. »

Probable rupture avec l'UE

Et Erdogan de sous-entendre une probable rupture avec l'Union européenne à la veille de sa rencontre mardi avec Vladimir Poutine, qu'il qualifie de « nouvelle étape » dans les relations de la Russie avec la Turquie : « Quand M. Poutine m'a appelé pour me présenter ses condoléances, il ne m'a pas critiqué sur le nombre de militaires ou de fonctionnaires limogés. Alors que tous les Européens m'ont...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant