Erdogan juge impossible de continuer les négociations avec le PKK

le
1

ANKARA, 28 juillet (Reuters) - Le président turc Recep Tayyip Erdogan a jugé impossible, mardi, de poursuivre le processus de paix avec les séparatistes kurdes. "Il est impossible pour nous de poursuivre le processus de paix avec ceux qui menacent notre unité nationale", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une conférence de presse organisée avant son départ pour une visite en Chine. Il a également préconisé que les responsables politiques liés à des "groupes terroristes" soient privés de leur immunité et poursuivis en justice. Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est considéré comme une organisation terroriste par la Turquie, les Etats-Unis et l'Union européenne. Depuis l'attentat suicide de Suruç qui a fait 32 morts le 20 juillet, la Turquie a lancé des frappes contre le groupe Etat islamique en Syrie et les camps du PKK en Irak. Le PKK estime désormais que la trêve qu'il observe depuis 2013 pour permettre des négociations de paix est vide de sens. Lors de la conférence de presse, Tayyip Erdogan a également jugé que la création d'une "zone de sécurité" dans le nord de la Syrie permettrait le retour en territoire syrien d'un million sept cent mille réfugiés actuellement hébergés par la Turquie. Le gouvernement turc a fait savoir lundi qu'il discutait avec les Etats-Unis de la création de cette zone de sécurité. (Tulay Karadeniz, Humeyra Pamuk; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M940878 le mardi 28 juil 2015 à 11:45

    sa cible c'est le PKK et non l'EI , c'est un muslim ...