Erdogan dénonce le laxisme des autorités belges

le
0
    ANKARA, 25 mars (Reuters) - Le président turc, Recep Tayyip 
Erdogan, a taxé vendredi les autorités belges de laxisme à 
l'égard des extrémistes, trois jours après les attentats de 
Bruxelles pour lesquels elles devront, selon lui, rendre des 
comptes.  
    "Elles autorisent des membres d'organisations terroristes 
séparatistes à dresser des tentes à côté du Conseil européen. 
Elles permettent l'exposition de portraits de terroristes. Elles 
laissent leur drapeau flotter", s'est-il indigné, évoquant la 
présence de membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) 
dans la capitale belge lors du sommet turco-européen de la 
semaine dernière.   
    "Ensuite, que s'est-il passé ? Que s'est-il passé deux jours 
après ?", a poursuivi le chef de l'Etat, reprochant ensuite aux 
autorités belges et néerlandaises d'avoir laissé Ibrahim el 
Bakraoui, auteur de l'un des attentats de mardi, en liberté 
après son expulsion de Turquie, malgré les mises en garde 
d'Ankara.   
    "Ces gouvernements sont tellement incapables... Nous avons 
arrêté cet individu à Gaziantep. Nous l'avons expulsé, renvoyé. 
Ces messieurs n'ont pas fait le nécessaire et ont relâché le 
terroriste." 
    "Mes frères, le terrorisme n'est pas le problème d'un seul 
pays, mais du monde entier. Dieu fasse qu'ils le comprennent", a 
ajouté Erdogan, qui s'exprimait à l'occasion d'un déplacement à 
Sorgun, dans le centre de la Turquie.       
 
 (Ece Toksabay, Jean-Philippe Lefief pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant