Erdogan condamne le soutien américain aux Kurdes syriens

le
0
    ANKARA, 10 février (Reuters) - Le président turc, Recep 
Tayyip Erdogan, a condamné mercredi le soutien apporté par les 
Etats-Unis au Parti kurde de l'Union démocratique (PYD) 
qu'Ankara présente comme une organisation terroriste, expliquant 
qu'en refusant d'admettre sa vraie nature, Washington avait 
transformé la région en "mer de sang". 
    "Êtes-vous dans notre camp ou dans celui des organisations 
terroristes du PKK et du PYD ?" a demandé Erdogan lors d'un 
discours prononcé à Ankara devant des responsables d'exécutifs 
locaux. 
    Ankara considère le PYD comme une émanation du Parti des 
travailleurs du Kurdistan (PKK) qui lutte pour l'autonomie des 
régions kurdes de Turquie et est classé sur la liste des 
organisations terroristes par la Turquie, les Etats-Unis et 
l'Union européenne. 
    Mais les forces militaires du PYD, les Unités de protection 
du peuple (YPG), sont aussi les principales alliées de la 
coalition formée par les Etats-Unis pour lutter contre le groupe 
Etat islamique sur le théâtre de guerre syrien. 
    Interrogé lundi sur la différence de perception des YPG au 
sein de l'Organisation de l'Alliance atlantique (Otan), dont la 
Turquie est membre, le porte-parole du Département d'Etat, John 
Kirby, a répondu: "Ce n'est pas un problème nouveau soulevé par 
les Turcs. Et comme vous le savez, nous ne considérons pas le 
PYD comme une organisation terroriste." 
    John Kirby, ancien contre-amiral de la marine américaine, a 
confirmé mardi que l'ambassadeur à Ankara, John Bass, s'était 
entretenu dans la journée avec des responsables turcs mais il 
n'a pas souhaité faire de commentaire sur le contenu de cet 
entretien. 
    Il a en revanche indiqué que les Etats-Unis n'avaient pas 
changé de position concernant le PYD. 
 
 (Ayla Jean Yackley,; Tangi Salaün et Nicolas Delame pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant