Erdogan, Assad, Saal, Nicollin, Besson... Le débriefing de la semaine par Lewino

le
0
Les présidents turc et syrien, Recep Tayyip Erdogan et Bachar el-Assad, ici en 2011 à Alep.
Les présidents turc et syrien, Recep Tayyip Erdogan et Bachar el-Assad, ici en 2011 à Alep.

Commençons en douceur la semaine avec le patriarche de Volskswagen, Ferdinand Piëch, qui se prend les... piëch dans le tapis. Du haut de son piédestal, il avait cru pouvoir sabrer l'homme qu'il avait placé, lui-même, à la tête de la firme automobile, Martin Winterkorn. Or c'est lui qui doit partir, viré de son fauteuil au sein du conseil de surveillance. Humiliation publique ! Volkswagen - Ferdinand Piëch : le pas de trop du patriarche, par Pascale Hugues Ce débarquement brutal ne risque pas d'arriver à Erdogan, le mégalomane d'Ankara. On a peine à croire ce qu'écrivent à son sujet nos deux envoyés spéciaux Armin Arefi et Quentin Raverdy. En comparaison du président de la Turquie, le shah d'Iran n'était qu'un modeste roitelet. Par exemple, pour accueillir ses invités dans son palais quatre fois plus vaste que Versailles, il embauche seize gardes en armure censés représenter les anciens "empires" fondés par les Turcs. Un reportage édifiant. Erdogan, le mégalomane d'Ankara, par Armin Arefi et Quentin Raverdy Notre scandale de la semaine est décroché haut la main par Agnès Saal, l'ex-présidente de l'Institut national de l'audiovisuel (INA). Toute notre admiration va à celle qui a su claquer 40 000 euros de taxi en dix mois, alors qu'elle dispose d'une voiture avec chauffeur. Un record qu'on lui conseille d'enregistrer au Guinness Book. On pourrait simplement lui reprocher d'avoir triché en s'étant fait aider par son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant