Erdogan affirme le droit de la Turquie à protéger ses frontières

le
0
    ANKARA, 24 novembre (Reuters) - Le président turc Recep 
Tayyip Erdogan, réagissant à la destruction d'un avion russe par 
des chasseurs F-16 turcs, a affirmé mardi que l'aviation turque 
avait agi conformément à ses règles d'engagement et que son pays 
avait le droit de protéger ses frontières. 
    "Bien qu'il ait été averti à dix reprises en cinq minutes 
parce qu'il (ndlr, l'avion) se rapprochait de notre frontière, 
il a poursuivi sa violation. L'avion a été abattu par une 
intervention de nos F-16", a dit Erdogan dans un discours 
prononcé à Ankara. 
    "Nul ne doit douter que nous avons tout mis en oeuvre pour 
éviter cet incident. Mais tout le monde doit respecter le droit 
de la Turquie à défendre ses frontières", a-t-il poursuivi. 
    Le chef d'Etat turc a par ailleurs déclaré qu'une "zone 
humanitaire de sécurité" serait prochainement créée en Syrie, le 
long de la frontière turque, de la côte méditerranéenne jusqu'à 
la ville de Djarablous, près de l'Euphrate. 
    Il a également condamné le bombardement de Turkmènes de 
Syrie qui, a-t-il dit, se trouvent dans une région dont 
l'organisation djihadiste Etat islamique (EI) est absente.     
 
 (Humeyra Pamuk et Ece Toksabay; Eric Faye et Henri-Pierre André 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant