Erdogan à l'offensive en Turquie après sa victoire électorale

le
0
ERDOGAN À L'OFFENSIVE
ERDOGAN À L'OFFENSIVE

par Nick Tattersall et Gulsen Solaker

ANKARA (Reuters) - Le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, fort de son bon résultat aux élections municipales de dimanche et avant la présidentielle d'août prochain, a plaidé vendredi pour une baisse rapide des taux d'intérêt, exclu des élections législatives anticipées et dénoncé la levée par la justice du blocage du réseau social Twitter.

Avant de partir pour un voyage officiel en Azerbaïdjan, il a exhorté la Banque centrale de Turquie à se réunir d'urgence pour baisser les taux d'intérêt, ce qui a immédiatement affaibli la livre turque qui s'est toutefois reprise après la publication de bons chiffres de l'emploi aux Etats-Unis.

La Banque centrale a massivement relevé en janvier les taux d'intérêt, en pleine période de fuite des capitaux des marchés émergents. Elle les a ensuite maintenus à leur niveau alors que le gouvernement exerçait de fortes pressions en faveur d'un assouplissement en cette période d'effervescence électorale.

Le ministre turc de l'Economie, Nihat Zeybekci, a abondé dans le sens du Premier ministre en déclarant que des taux d'intérêt élevés nuisaient à l'économie nationale et que la Banque centrale avait suffisamment de marge de manoeuvre pour y remédier.

"Les rendements baissent. En rapport à cela, la Banque centrale convoquera probablement un comité extraordinaire de politique monétaire", a déclaré Recep Tayyip Erdogan, ajoutant qu'elle devrait "revoir" sa décision de janvier prochain.

"Tout comme elle s'est réunie en urgence la dernière fois pour relever les taux, elle devra cette fois se réunir pour abaisser les taux d'intérêt", a-t-il dit.

"M. Erdogan semble être sur le sentier de la guerre depuis sa victoire aux municipales et il est en train de compliquer les choses pour la Banque centrale qui vient à peine de rétablir une certaine crédibilité sur les marchés", a estimé l'analyste Nicholas Spiro, de Spiro Sovereign Strategy.

"PAS QUESTION D'ÉLECTIONS ANTICIPÉES"

Le ralentissement de l'économie turque est un argument avancé par l'opposition pour obtenir des élections législatives anticipées, normalement prévues en juin 2015. Cette demande a été rejetée par Erdogan, car elle ne ferait selon lui qu'inquiéter les investisseurs.

"Pas question d'élections anticipées. C'est un principe de notre parti. Nous devons continuer notre travail", a-t-il dit, ajoutant que l'économie turque était "sur la bonne pente".

Recep Tayyip Erdogan a enfin critiqué le jugement de la Cour constitutionnelle ordonnant la levée de l'interdiction de Twitter.

"Nous nous sommes conformés au jugement mais je ne le respecte pas", a dit le Premier ministre. Le recours "aurait dû être rejeté pour des questions de procédure", a-t-il ajouté.

Les autorités turques ont levé jeudi l'interdiction qui était en vigueur depuis deux semaines contre Twitter, à la suite d'un arrêt de la Cour constitutionnelle estimant que le blocage de ce réseau social était une atteinte à la liberté d'expression.

Un tribunal turc a par ailleurs jugé vendredi que l'interdiction totale de YouTube constituait une atteinte aux droits de l'homme et a ordonné le rétablissement en Turquie de la quasi-intégralité des services de la plate-forme d'échange de vidéos sur internet.

Le tribunal d'Ankara a fondé sa décision sur le jugement pris mercredi par la Cour constitutionnelle de Turquie sur la levée de l'interdiction de Twitter.

Les autorités turques ont bloqué le 27 mars l'accès à YouTube pour des "raisons de sécurité nationale", après la mise en ligne d'un enregistrement audio dans lequel des hommes présentés comme des responsables turcs discutaient d'une possible opération militaire contre les djihadistes dans le nord de la Syrie. (voir)

Un tribunal d'Ankara a jugé que cette interdiction était trop générale et qu'elle pouvait uniquement s'appliquer qu'à quinze vidéos précises.

(Avec Daren Butler, Seda Sezer, Ece Toksabay, Nevzat Devranoglu à Istanbul, Bertrand Boucey, Jean-Stéphane Brosse et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant