Erdinç et Metz gobent les Canaris

le
0

La crise n'est plus très loin pour des Nantais sévèrement corrigés à domicile par le promu messin (3-0). Martyrisés par un Mevlut Erding en pleine bourre, les Canaris continuent de squatter le fond du classement. À l'inverse, Metz se fait plaisir en montant sur le podium au détriment de Guingamp.

FC Nantes 0-3 FC Metz

Buts : Erdinç (18e, 45e+1 et 78e) pour Metz

S'il n'y a pas encore totalement le feu au lac pour les Canaris, l'odeur de souffre commence tout de même à se faire sacrément sentir du côté de La Beaujoire. En affrontant le promu messin à domicile, la bande à Girard se savait dans l'obligation d'aller chercher un résultat afin de se rassurer sous peine d'assombrir encore un peu plus la grisaille ambiante. Pari manqué pour les Nantais puisque, malgré une entame de match rassurante, les locaux ont subi la loi d'un FC Metz habile en contre et emmené par un Erdinç on fire.

Erdinç dans le rôle du bourreau


"Fixer des objectifs c'est bien, s'en donner les moyens c'est mieux". La banderole déployée par la Brigade Loire donne le ton de ce début de saison compliqué pour le FC Nantes, aussi bien en interne (ou le clan Kita et le père Girard sont déjà en mode "je t'aime moi non plus") que sur le terrain (avec deux défaites en trois matchs et un seul petit but marqué). Afin de remédier à tout ça, René Girard opte pour un 4-4-2 en losange en donnant les clés du jeu au jeune Amine Harit et en lançant l'attaquant polonais Mariusz Stepinski aux côtés de Yacine Bammou en attaque. Sachant le faux-pas interdit face à un promu messin qui n'a, lui, pas manqué son retour en Ligue 1, les Canaris réalisent un début de match pas dégueu. Stepinski se démène sur le front de l'attaque et profite d'une talonnade aussi risquée que foirée de la part de Mandjeck pour inquiéter la défense des Grenats.

La maîtrise des jaunes auraient dû se concrétiser par un but de Gillet si l'arbitre n'avait pas sifflé une faute - inexistante - de Stepinski sur Riou. Mais en France les gardiens sont des divas surprotégées qu'il est interdit d'effleurer... Girard, qui ne s'est pas privé d'aboyer, à raison, sur le quatrième arbitre suite à ce coup de sifflet abusif, ne peut que constater l'ouverture du score contre le cours du jeu de Mevlut Erdinç, au terme d'une contre-attaque express. Un plat du pied gauche bien senti (18è) et revoilà Nantes en plein doute. Le semblant de confiance qui accompagnait le FCN jusque-là va alors totalement disparaître et et les Messins,…






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant