Eramet débloque des fonds pour la SLN avant l'aide de l'Etat

le
0
 (Actualisé avec déclaration d'un administrateur d'Eramet, 
parcours boursier de l'action et précisions) 
    PARIS, 9 mai (Reuters) - Eramet  ERMT.PA  a annoncé lundi 
avoir accepté de débloquer 40 millions d'euros supplémentaires 
pour la Société Le Nickel (SLN), sa filiale touchée de plein 
fouet par la chute des prix du nickel et premier employeur de 
Nouvelle-Calédonie. 
    Le groupe minier et métallurgique explique dans un 
communiqué que ce financement doit permettre d'assurer la 
poursuite des activités de la SLN jusqu'à fin juin, le temps que 
soit mise en place l'aide promise par le gouvernement français. 
    Lors d'un déplacement en Nouvelle-Calédonie, le Premier 
ministre Manuel Valls avait annoncé fin avril un prêt pouvant 
aller jusqu'à 200 millions d'euros pour venir en aide à la SLN. 
    L'enveloppe doit être mise à la disposition des autorités de 
Nouvelle-Calédonie, qui la répercuteront sur la filiale 
d'Eramet, et ce via la Société territoriale calédonienne de 
participation industrielle (STCPI).   
    Contacté par Reuters, Philippe Gomès, député UDI de 
Nouvelle-Calédonie et membre du conseil d'administration 
d'Eramet, a indiqué que la STCPI n'allait finalement solliciter 
qu'un prêt de 127 millions d'euros auprès de l'Etat français, 
estimant ce montant "juste", compte tenu du fait que la STCPI 
est un actionnaire minoritaire de la SLN (34% du capital). 
    "On donne à la SLN les moyens de passer la crise mais on lui 
donne aussi les moyens d'être compétitive à long terme", déclare 
le député. 
     
    RÉDUIRE LES COÛTS 
    Le groupe minier et métallurgique français rappelle aussi de 
son côté avoir injecté 150 millions d'euros depuis fin 2015 dans 
la SLN. 
    "Depuis fin 2015, Eramet a dû temporairement assurer le 
financement de la SLN avec l'approbation du conseil 
d'administration de la SLN, pour un montant global de 150 
millions d'euros", souligne ainsi le groupe français dans son 
communiqué. 
    Le conseil d'administration d'Eramet a dans le même temps 
approuvé un plan visant à réduire les coûts et améliorer la 
compétitivité de la SLN. 
    L'ambition du groupe est de réduire les coûts de production 
du nickel de 25% par an d'ici fin 2017. 
    "L'objectif est d'abaisser de 25% par rapport à la moyenne 
2015 le cash cost de la SLN en rythme annuel à fin 2017 à 4,5 
dollars par livre", explique Eramet. 
    Les cours du nickel  MNI3  ont été divisés par deux en 
l'espace de deux ans, dans un mouvement global de recul des 
matières premières industrielles, lié notamment au 
ralentissement de l'économie chinoise. 
    Dans ce contexte, le titre Eramet a chuté de plus de 60% à 
la Bourse de Paris l'an dernier. Et depuis le début de l'année, 
il cède encore près de 5%. Sa capitalisation boursière est 
tombée à 744 millions d'euros. 
     
    Le communiqué: 
    http://bit.ly/1T17Lif 
 
 (Matthieu Protard et Gus Trompiz, édité par) 
 

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant