Equitation : en couple dans la vie, adversaires sur la piste

le , mis à jour à 09:07
0
Equitation : en couple dans la vie, adversaires sur la piste
Equitation : en couple dans la vie, adversaires sur la piste

Idole des petites filles qui montent à poney, la Normande Pénélope Leprévost (36 ans) est la meilleure cavalière du monde. Numéro 4 mondiale, elle représente un gros espoir de médaille sur la piste de Deodoro à partir d'aujourd'hui. « Pénélope a un sens incroyable de la relation avec le cheval. Elle a commencé comme toutes les gamines sur un poney dans un centre équestre lambda. Ses parents n'étaient pas riches mais lui ont payé des cours. Son parcours est juste génial », raconte son amie Virginie Coupérie-Eiffel, organisatrice du Paris Eiffel Jumping.

Depuis neuf ans, Pénélope, maman d'une petite fille de 10 ans née d'une précédente union, est en couple avec Kevin Staut (35 ans), numéro 7 mondial et champion d'Europe 2009. Lui aussi peut prétendre à un titre olympique. Sauf qu'un obstacle, justement, se dresse sur sa route : sa compagne elle-même.

Le sport équestre est le seul sport olympique sans limite d'âge, mixte et qui se dispute avec un animal. Hommes et femmes s'affrontent à armes égales. C'est comme si, au tennis, la finale de Roland-Garros opposait Novak Djokovic à Serena Williams. Le champion olympique pourrait bien être une championne, même si cela n'est pas arrivé depuis 1900. La dernière médaille tricolore fut d'ailleurs féminine avec le bronze d'Alexandra Ledermann à Atlanta en 1996.

 

« On ne se voit que sur les concours »

En couple à la ville, Pénélope Leprévost et Kevin Staut sont donc adversaires sur la piste. Une situation extraordinaire qui ne perturbe ni l'un ni l'autre : « Si vous ne m'en aviez pas parlé, je n'y aurais absolument pas songé. Nous y sommes habitués. Nous n'y prêtons plus aucune attention », confie Kevin Staut. « Nous avons une vie de couple qui n'est pas ordinaire non plus, glisse la jolie cavalière. Nous sommes sans cesse sur la route aux quatre coins du monde. On passe quarante-cinq semaines loin de chez nous. Quand on a le bonheur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant