Equipe de France. Evra : « Eh oui, je suis de retour »

le , mis à jour à 09:16
0
Equipe de France. Evra : « Eh oui, je suis de retour »
Equipe de France. Evra : « Eh oui, je suis de retour »

Didier Deschamps ne l'a jamais affirmé clairement, mais il fallait lire entre les lignes lors de sa conférence de presse hier après-midi à Clairefontaine. Sauf imprévu, au lieu de s'entraîner avec ses partenaires de la Juventus Turin, Patrice Evra, 35 ans, sera titulaire avec l'équipe de France vendredi soir au Stade de France face à la Suède, dans un match à forte charge émotionnelle, un an après les attentats (une minute de silence sera d'ailleurs observée avant la rencontre).

 

Le revenant Evra, serait-on tenté de dire, tant les allers-retours ont jalonné sa carrière en sélection nationale (NDLR : 80 capes). Banni cinq matchs après le fiasco de Knysna, rappelé en mars 2011, on pensait que la retraite avait sonné pour le latéral gauche après l'Euro 2016 et l'émergence de Kurzawa et Digne.

 

Mais le natif de Dakar a le cuir épais et un lien indéfectible avec les Bleus qui ont amené le sélectionneur à le convoquer hier matin après la pubalgie contractée par le Parisien.

 

Selon des sources concordantes, les sérieux doutes planant sur la présence de Kurzawa avaient conduit le staff tricolore à retenir, dès ce week-end, l'option Evra au cas où. « Je n'ai jamais dit qu'il n'était plus là (NDLR : sélectionnable en équipe de France), a résumé Deschamps. Après l'Euro, j'ai pris une décision par rapport au futur et je l'ai expliqué à Pat. Mais, si ponctuellement j'avais besoin de lui, je savais qu'il serait toujours disponible, car ça lui tient à coeur. S'il y avait eu deux matchs amicaux, peut être que je n'aurai pas fait ce choix-là. Mais là, on a un match de qualification face à la Suède, donc ça me semble logique par rapport au discours que j'ai pu tenir à Patrice et au groupe. »

 

Des propos corroborés en écho par l'entourage du joueur. « Pour Patrice, l'équipe de France est au-dessus de tout. Quand il a été appelé, il n'a pas été nécessaire de le convaincre. »

 

En ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant