Épreuve de force entre l'armée et les Frères

le
0
DÉCRYPTAGE - Mercredi, le ministre de la Justice a publié un décret autorisant les militaires à interpeller des civils qui troubleraient l'ordre public ou porteraient atteinte au droit du travail. Une décision qui a scandalisé la plupart des révolutionnaires.

L'invalidation de l'Assemblée égyptienne constitue-t-elle l'acte fondateur, soixante ans tout juste après l'arrivée au pouvoir des «officiers libres», d'un nouveau coup d'État militaire? Ou bien plutôt le dernier épisode en date du bras de fer qui oppose depuis plusieurs mois le Conseil suprême des forces armées (CSFA), en charge de la transition, aux Frères musulmans, principale force politique de l'Égypte post-Moubarak?

Quoi qu'il advienne dans les prochains jours, l'armée martèlera sans doute qu'elle n'a eu de cesse, depuis le soulèvement de la place Tahrir et le renversement du raïs, le 11 février 2011, de protéger la révolution et d'organiser la transition vers un régime démocratique. Elle rappellera que sa «feuille de route» prévoyant un calendrier électoral et la mise en place d'un comité chargé de rédiger la Constitution a été largement validée par le peuple le 19 mars 2011. Elle soulignera enfin que les partis politiques, mal organisés et en

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant