EPR de Flamanville : un désastre pour le nucléaire français

le
20
EPR de Flamanville : un désastre pour le nucléaire français
EPR de Flamanville : un désastre pour le nucléaire français

Il devait être la vitrine du nucléaire français à l'étranger. C'est devenu l'exemple à ne pas suivre et le symbole d'une industrie de l'atome made in France en grande difficulté. Des travaux qui ont pris au moins cinq ans de retard, une facture qui a triplé, estimée aujourd'hui à près de 9 MdsEUR, des déboires à répétition... Maudit depuis son démarrage en 2007, le chantier de l'EPR (réacteur pressurisé européen) de Flamanville (Manche) vient de subir un nouveau revers qui pourrait le condamner. La découverte d'une « anomalie », qualifiée de « très sérieuse » par l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), dans la composition de l'acier de la cuve du réacteur plombe un peu plus les espoirs de la France de vendre cette technologie à l'étranger.

Un risque de fissure de la cuve du réacteur

L'anomalie détectée dans la composition de l'acier du couvercle et du fond de la cuve de l'EPR de Flamanville concerne un élément vital du futur réacteur. C'est la cuve qui contient le combustible nucléaire. C'est elle qui permet de confiner la radioactivité. Or, dans certaines zones, la capacité de l'acier à absorber un choc s'est révélée plus basse que la norme réglementaire. La hantise de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ? Que la cuve finisse par se fissurer. « Quand la cuve d'un réacteur est en fonctionnement, la température à l'intérieur est de 300 oC et on y injecte de l'eau à température ambiante, explique l'ASN. Cela crée alors un choc froid sur les parois de la cuve, provoquant une rétractation du matériau. » S'il y avait une fissure, même minime, au niveau de l'acier composant la cuve, elle pourrait s'élargir et provoquer une fuite d'eau radioactive.

En cas de mise en service du réacteur EPR, l'Observatoire du nucléaire, une association anti-atome, estime que « ces malfaçons peuvent entraîner la rupture de la cuve ». Une cuve qu'il faut des années pour concevoir. « Elle est constituée d'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ppsoft le vendredi 17 avr 2015 à 12:18

    @dratiser : les centrales qui tournent ont été construites il y a quarante ans. Les personnes à l’œuvre aujourd'hui ne sont pas les mêmes. Entre temps, il y a eu un arrêt des activités (suite à TMI et Tchernobyl) entrainant la perte de nombreuses compétences, et l'évolution des standards internationaux. Quel que puisse être le passé glorieux, aujourd'hui il y a des lacunes dans le spectre des compétences requises. L'EPR ne fonctionne pas, lui : c'est un fait.

  • dratiser le vendredi 17 avr 2015 à 12:11

    n'importe quoi ici , et les centrales installées elles fonctionnent ou paset les memes gu.euleront apres le nucleaire si probleme , ou contre lesanti nucleaires pour les memes raisons ...........c'est une cata industrielle , c'est vrai , ça ne remet pas en causeles competences evidentes des industriels français

  • aguglie1 le vendredi 17 avr 2015 à 12:01

    Nous avons tous une belle histoire sur EDF aujourdh'ui ; Mais posons nous plutot la question de la compétence des dirigeants des entreprises publisues ou privées.Les anciens voient avec tristesse ce que sont devenues des entreprises ( thomson, CGE, Matra...)hier leader mondiaux et aujourdh'ui disparues . Ras le bol de ces sociétés françaises au top de la technicité qui passent sous controle étranger.ag2440

  • dupon666 le vendredi 17 avr 2015 à 11:46

    c'est du meme niveau que l'helice du cdgaulle

  • mlemonn4 le vendredi 17 avr 2015 à 11:25

    EDF devrait être dégraissé de 30% de ses fonctionnaires privilégiés; j'ai eu dernièrement la douloureuse expérience d'effectuer un branchement électrique pour une entreprise du coté de Périgueux; j'ai passé durant 3 semaines mon temps à téléphoner (appel moyen entre 45mn et 1h) pour trouver le bon contact et prendre un RDV (non honoré à la date convenue!); 1mois et demi après, EDF me rappelait pour savoir si le travail avait été fait n'ayant aucune trace de l'intervention !!!!

  • frk987 le vendredi 17 avr 2015 à 11:01

    Dès que l'Etat possède des actions dans une boutique (Areva et EDF), voilà le résultat !!!!!!

  • ppsoft le vendredi 17 avr 2015 à 10:18

    Peut-être, je ne sais pas comment ça marche chez Total. En revanche, j'en sais déjà un peu plus sur la façon dont ça marche chez AREVA. Et cette situation me parait ahurissante.

  • M9390997 le vendredi 17 avr 2015 à 09:52

    ppsof, Total à subit les problèmes de kashagan avec le pipe ENI. Cela coût au minimum 5 années de retard dans l'exploitation de ce champ. Total (Elf avait pourtant une grande expertise avec Lacq et le H2S !) Défaut de contrôle ?

  • aerosp le vendredi 17 avr 2015 à 09:49

    Et oui, les meilleurs étudiants des grandes écoles financées énormément par nos impôts sont partis faire de la finances à la city d'ou la baisse et les défauts de notre industrie.

  • clausfer le vendredi 17 avr 2015 à 09:49

    En France, nos élus sont aujourd’hui incapables de se pencher sur des problèmes techniques, alors ils se reposent sur des pseudo-spécialistes autoproclamés d’ONG qui ont des préoccupations qui se situent bien loin de l’intérêt général. Tous ces gens ont un point commun : vivre (très bien vivre même) sur le dos de la collectivité.