EPR de Flamanville : EDF repousse le démarrage à fin 2018

le
2
EPR de Flamanville : EDF repousse le démarrage à fin 2018
EPR de Flamanville : EDF repousse le démarrage à fin 2018

EDF a annoncé ce jeudi un nouveau calendrier pour le chantier de construction du réacteur nucléaire EPR de Flamanville, repoussant sa mise en service au quatrième trimestre 2018. Ce nouveau retard porte son coût à 10,5 milliards d'euros. Le groupe français confirme ainsi une information du Figaro révélée mercredi soir sur son site. Cette annonce a provoqué une chute de plus de 4% du titre EDF, vers 9H20, à la bourse de Paris.

Flamanville représente «un enjeu vital» pour EDF et la filière nucléaire française, a reconnu le PDG du groupe, Jean-Bernard Lévy, au cours d'une conférence de presse. Evoquant un «chantier d'une ampleur exceptionnelle», il a toutefois affirmé que sa réussite était «à (la) portée» du groupe public et de ses partenaires.

Initialement prévu pour 2012, le lancement du réacteur nucléaire de troisième génération avait été repoussé en novembre dernier à 2017, mais de nouvelles difficultés ont été annoncées depuis. En avril, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé qu'une «anomalie sérieuse» avait été détectée dans la composition de l'acier du couvercle et du fond de la cuve de ce réacteur nucléaire.

Ces difficultés interviennent alors que la filière nucléaire française est en pleine restructuration, à la suite des graves problèmes financiers rencontrés par Areva.

Une mise en service sans cesse repoussée

Problèmes techniques, surcoûts, accidents de chantier: le projet du réacteur nucléaire EPR de Flamanville (Manche) est à la peine depuis son lancement il y a douze ans, comme en témoigne jeudi un nouveau report de sa mise en service à la fin 2018.

- 2000-2003 - Avant même son lancement, Greenpeace s'oppose au projet EPR, affirmant notamment que l'énergie éolienne serait capable de produire plus d'électricité à investissement égal. Les associations environnementales réclament un débat sur la question énergétique avant toute décision.

- 2004 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bearnhar le mercredi 9 sept 2015 à 17:31

    Aux suivants la patate chaude...Un bidule censé couter au départ env. 3 milliards, coutera minimum 4 fois plus, bien vu ! Et bien sur jamais de commission d'enquete parlementaire, personne ne la demande. Fabuleux pays quand meme...

  • T20 le jeudi 3 sept 2015 à 14:48

    Un planning qui "glisse" encore de quelques trimestres...