Épinglée pour son travail à Haïti, la Croix-Rouge US se défend

le , mis à jour à 14:20
1

par Stella Dawson WASHINGTON, 5 juin (Fondation Thomson Reuters) - Accusée de n'avoir reconstruit que six habitations en dur cinq ans après le tremblement de terre qui a dévasté Haïti, malgré quelque 500 millions de dollars de dons récoltés, la Croix-Rouge américaine tente de défendre son bilan, en expliquant notamment avoir surtout eu recours à des aides au logement. Le site internet d'investigation new-yorkais ProPublica et la chaîne de radio publique américaine NPR ont présenté cette semaine un rapport qui accuse l'organisation humanitaire d'avoir gaspillé l'argent donné par une mauvaise gestion et en ayant trop souvent fait appel à des travailleurs humanitaires étrangers ne parlant par le français ou le créole. De son côté, la Fondation Thomson Reuters a appris que la Croix-Rouge avait dépensé au moins 17% des fonds collectés pour Haïti en frais de fonctionnement alors que la Croix-Rouge américaine et la Croix-Rouge internationale affirment que pour un dollar récolté, 91 cents doivent être consacrés à la mission humanitaire. La Croix-Rouge américaine estime que les informations publiées par la presse américaine sont "inexactes" et doivent être remises dans "leur contexte". Elle affirme que son travail à Haïti a aidé des millions d'Haïtiens. "Malgré des conditions particulièrement difficiles, notamment des changements de gouvernement, le manque de terrain pour la construction de logements et les troubles civils, notre personnel qui travaille dur, et qui est à 90% constitué d'Haïtiens, continue à répondre aux besoins à long terme du peuple haïtien", déclare l'Organisation non gouvernementale (ONG) dans un communiqué publié sur son site internet. "Et si les choses ne progressent jamais à un rythme aussi rapide que nous le souhaiterions, Haïti va mieux aujourd'hui qu'il y a cinq ans." Le tremblement de terre du 12 janvier 2010 a fait plus de 220.000 morts et 1,5 million de déplacés. D'AUTRES MÉTHODES La Croix-Rouge affirme que les dons ont permis de construire huit hôpitaux et cliniques, d'endiguer une épidémie de choléra, de fournir de l'eau potable et des installations sanitaires, de réparer des routes et des écoles et de reloger 130.000 personnes qui avaient dû s'abriter dans des tentes et autres abris de fortune après le séisme. Les journalistes de ProPublica et de NPR soutiennent que leur travail d'enquête, qui se base sur diverses informations, dont des courriels confidentiels de hauts dirigeants, leur permet de dire que seulement six habitations en dur ont été construites à Haïti en cinq ans. La Croix-Rouge répond qu'elle a utilisé d'autres méthodes pour améliorer la vie quotidienne des sinistrés. "Quand il n'y avait pas de terrains disponibles pour de nouveaux logements, la Croix-Rouge a fourni une série de solutions en la matière, notamment des aides à la location, la réparation et la modernisation des structures existantes, tenant ainsi notre promesse de reloger des dizaines de milliers d'Haïtiens", explique l'ONG. Elle a refusé de répondre à tout autre question de la Fondation Thomson Reuters et précise dans une note accompagnant son communiqué que la manière la plus rapide et la plus efficace est de distribuer des aides permettant de payer les loyers. Un de ces programmes d'aide à la location (six millions de dollars) est géré par la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FISCR), basée à Genève, et cela augmente les frais généraux, explique l'ONG. Si la Croix-Rouge américaine assure que 91% des dons vont à l'aide humanitaire, la FISCR a expliqué à la fondation Thomson Reuters que quand elle gère elle-même un programme, elle facture 6,5% supplémentaires localement pour couvrir les frais administratifs, de télécoms et autres coûts d'exploitation. La FISCR n'a pu fournir de précisions sur ce qu'elle avait facturé en plus pour gérer ce programme de subvention de six millions de dollars. Dans son rapport sur cinq ans sur l'aide à Haïti, elle dit qu'en moyenne 17% sont dépensés en "soutien et coordination des programmes". (Danielle Rouquié pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le vendredi 5 juin 2015 à 14:35

    6 habitations? AH AH AH, et combien ont-ils reçu? Les pauvres flans qui donnent à ces organisation budgétivores. La croix rouge c'est la Fifa mais rouge sur fond blanc au lieu de blanc sur fond rouge...Les détournements restent dans le pays