Épinglée, la Fondation Hulot conteste

le
0
Les magistrats de la rue Cambon pointent deux irrégularités à la Fondation Nicolas Hulot qui les conteste.

Les fonds collectés par la Fondation Nicolas Hulot et Greenpeace grâce à la générosité du public sont globalement bien employés jugent les magistrats de la Rue Cambon qui ont audité les deux organisations non gouvernementales (ONG) écologistes.

Deux irrégularités sont toutefois pointées à la Fondation Hulot, reconnue d'utilité publique depuis 1996, qui employait une quarantaine de salariés en 2010. Cette même année, la Fondation a cédé 51 % de ses parts dans la propriété d'un voilier, le «Fleur de Lampaul», un vieux gréement datant des années 1940. L'ONG avait auparavant bénéficié de 230.000 euros de subventions pour restaurer le bâtiment, classé monument historique. D'après la Cour des comptes, «le ministère aurait dû demander à la fondation le remboursement total ou partiel de la subvention». Une interprétation que contestent d'une part la directrice de la Fondation, Cécile Ostria, en soulignant que la restauration du navire a bien été réalisü/p>...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant