Epidémie de gastro : comment s'en protéger

le , mis à jour à 12:35
0
Epidémie de gastro : comment s'en protéger
Epidémie de gastro : comment s'en protéger

Mais pourquoi diable fait-il déjà parler de lui ? C'est encore un mystère scientifique pour les virologues, mais c'est un fait : le rotavirus est parmi nous avec trois mois d'avance. Ce germe, le plus fréquemment responsable de la gastro-entérite, attaque d'ordinaire en hiver, autour de Noël et en janvier, quand les températures sont les plus basses. Pas cette année : le virus a commencé à se réveiller dès la fin août, et fait en ce moment des ravages.

 

Avec une incidence de 377 cas par tranche de 100 000 personnes, recensés entre le 15 et le 21 octobre, l'Institut de recherche pour la valorisation des données de santé (Irsan) parle d'une « épidémie ». Elle sévit partout en France mais particulièrement en région parisienne, dans le Grand-Est et en Auvergne - Rhône-Alpes. La semaine dernière, elle a atteint 234 103 nouvelles personnes en France métropolitaine, touchant les enfants de moins de 15 ans davantage que les adultes.

 

 

 

Les antibiotiques d'aucun secours

 

Comment s'en prémunir ? « En se lavant les mains, très souvent », répondait hier le généraliste Serge Smadja, secrétaire général de SOS Médecins, entre deux visites auprès de patients se plaignant... de nausées et de maux de ventres.

 

Si le virus a donné des premiers signes d'activité anormalement élevée dès la rentrée des classes, l'épidémie est avérée depuis une dizaine de jours et devrait durer, selon le pronostic de SOS Médecins, encore deux semaines environ. Rose, une petite Parisienne de 7 ans, en a fait les frais avant les vacances. « Les enseignants nous ont dit que la gastro était très contagieuse cette année, beaucoup d'élèves ont été malades », relève sa mère Clotilde. Le directeur de son école, dans le XIXe arrondissement, confirme : « On a eu jusqu'à quatre ou cinq enfants malades par classe de vingt. Même les maîtresses et les animateurs l'ont eue. »

 

Contrairement aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant