Epargne salariale: l'AFG vent debout contre le déblocage anticipé de la participation

le
2
(NEWSManagers.com) - La réaction de l' Association française de la gestion financière ( AFG) ne s'est pas fait attendre. Vendredi 29 mars, l' AFG a jugé incohérente et dangereuse pour le financement de l'économie la mesure annoncée la veille sur France 2 par le président de la République, autorisant les Français bénéficiant d'accords de participation aux bénéfices de leurs entreprises, de débloquer jusqu'à 20 000 euros, immédiatement, en franchise fiscale, et ce, pendant 6 mois. Cette mesure, qui concerne quatre millions de Français, est censée leur permettre de réinjecter ces sommes sans affectation particulière dans l'économie.

" Cette épargne longue est investie à 60% en actions et finance les entreprises sur le long terme, en particulier les entreprise solidaires" , a rappelé l' AFG. " Le déblocage de la participation va donc à l'encontre de l'objectif de développement d'une épargne longue au service de l'économie réelle comme le préconise la feuille de route établie par le Premier Ministre pour le rapport des députés Karine Berger et Dominique Lefebvre" , a-t-elle ajouté.

Suivant les accords signés par les partenaires sociaux, la participation aux bénéfices des entreprises peut-être versée volontairement sur le Plan d'Epargne Entreprise (PEE) où elle est bloquée pendant cinq ans pour favoriser l'épargne. De fait, l'association s'interroge sur l'intérêt de cette incitation à liquider une épargne longue à la veille de la nouvelle réforme des retraites... Dès le 26 mars, reprenant la proposition par le Conseil national des professions de l'automobile (CNPA), d'un déblocage de la participation salariale pour l'achat de véhicules non polluants, l' AFG avait déjà qualifié le projet de fausse bonne idée, court termiste, inefficace et dangereux pour les salariés... Et de noter en l'occurrence que l'épargne salariale représente aussi plus de la moitié de l'apport personnel d'un salarié dans le financement de sa résidence principale.

Par ailleurs, l'Association s'est interrogée sur les effets réels de la mesure annoncée par François Hollande. Car les pouvoirs publics ne créent pas un précédent en la matière. En 2005, le procédé avait été déjà utilisé, conduisant les ménages à sortir 7,5 milliards d'euros. " Or, selon l'INSEE" , insiste l' AFG, " ces sommes avaient été réaffectées prioritairement vers d'autres produits d'épargne liquides et non vers la consommation" .

A noter que l'association Finansol dédiée à la finance solidaire a enfoncé le clou en annonçant vendredi que " le déblocage allait provoquer un ralentissement sensible des investissements dans les entreprises solidaires, à un moment où la crise rend plus nécessaire que jamais le renforcement des moyens de lutte contre le mal logement et le chômage. Cette disposition est d'autant plus inutile qu'il est probable que cette épargne ne sera pas utilisée pour consommer, mais réaffectée à des placements plus liquides, comme cela a été le cas en 2005" , a martelé Finansol.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 18 avr 2013 à 08:31

    Et de noter en l'occurrence que l'épargne salariale représente aussi plus de la moitié de l'apport personnel d'un salarié dans le financement de sa résidence principale ?...POURQUOI PAS ???...

  • T20 le vendredi 5 avr 2013 à 12:49

    C'est un chèque en blanc du pouvoir pour essayer de faire monter la consomation ! Mais il ne faut pas se leurrer, il vaut mieux conserver çà pour préparer sa retraite qui sera de plus en plus faible et de plus en plus ponctionnée !!!