Epargne retraite des fonctionnaires : un nouveau scandale en perspective

le
1

Selon le comité de défense des sociétaires du Corem, un régime de retraite complémentaire de la fonction publique, une enquête a été ouverte par le parquet de Paris après le dépôt d'un plainte pour tromperie.

Les sociétaires du Corem, un régime de retraite complémentaire en grande partie destiné aux agents de la fonction publique, n'ont pas fini de mettre la main au portefeuille... ni d'arpenter les couloirs des tribunaux. Selon leur association de défense, le parquet de Paris vient en effet d'ouvrir une enquête préliminaire visant l'union mutualiste retraite (UMR), qui gère le Corem, consécutive à leur plainte pour tromperie.

Selon les plaignants, le Corem leur a été vendu comme un produit «sûr et performant», bien distinct du tristement célèbre Cref auquel il succède et qui était le principal complément de retraite facultatif des fonctionnaires jusqu'en 2002. Dissous à cette date, le produit avait fait 450.000 personnes lésées. Alors que les versements de ce fonds étaient supposés être indexés sur les traitements de la fonction publique, ils avaient au contraire baissé. L'affaire avait valu à l'Etat une condamnation pour faute lourde.

Mais malgré les promesses de l'UMR, qui lui ont permis d'attirer 30.000 nouveaux cotisants depuis 2002, les sociétaires du Corem dénoncent aujourd'hui «un scénario identique à celui de 2002, en plus sévère». Ils ont récemment avalé plusieurs couleuvres: 110.000 anciens fonctionnaires allocataires de ce produit financier ont subi une baisse de 30% des rentes, depuis le 1er janvier dernier. Les plus vieux allocataires avaient déjà essuyé une baisse de leurs rentes de 16% en 2002. Les cotisants ont aussi vu le taux de rendement de leurs cotisations baisser, et ils doivent désormais attendre 62 ans et non plus 60 ans pour percevoir leur retraite complémentaire à taux plein. «Une nouvelle fois, des centaines de milliers d'adhérents sont trompés et trahis dans les engagements pris dans la commercialisation du Cref/Corem», s'indigne le comité d'information et de défense des sociétaires du CREF (CIDS).

Nouveaux sacrifices

Le régime est en effet doublement plombé financièrement. Par l'héritage du Cref d'abord, qui induit un passif que l'UMR a «soigneusement caché à ses futurs cotisants dans les documents promotionnels», dénonce le CIDS. Après la quasi-faillite du Cref en 2002, un décret avait en effet donné 25 ans à son successeur pour reconstituer ses provisions, et combler le trou d'un milliard d'euros constaté en 2002.

Par les taux bas ensuite, qui «se traduisent mécaniquement par une réduction de la capacité [des retraites complémentaires] à distribuer des pensions en ligne avec les attentes de leurs cotisants», met en garde le régulateur du secteur de l'assurance. En juin dernier, le sous-gouverneur de la Banque de France rappelait ainsi, visant notamment le Corem, que «les montants annoncés lors de la souscription de ces contrats ne sont en aucun cas garantis. Il importe que la communication soit très claire sur ce point et sur les risques courus par les souscripteurs».

Loin d'être comblé, le trou financier créé par le Cref est donc encore béant. Sur son site internet, tout en bas de la page d'accueil et en termes très techniques, le Corem reconnaît aujourd'hui ne couvrir les engagements de retraite de ses cotisants qu'à hauteur de 69%, à raison de 6,6 milliards d'euros sur 9 milliards d'euros engagés, soit un risque potentiel de l'ordre de près de 3 milliards d'euros. De nouveaux sacrifices pourraient encore s'avérer nécessaires.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le mardi 4 aout 2015 à 01:00

    Bizarre, ce dossier dure depuis plus de 20 ans et personne n'est capable de dire ou est parti l'argent, en tout cas pour certains cela a été la belle vie. Ces fonds sont gérés comme les retraites des fonctionnaires et dont les représentants à l'assemblée nationale viennent donner des leçons aux régimes de retraites du privé eux beaucoup mieux géré (frais de gestion minime et fonds reversés aux retraités).