Environnement : les putois menacés de disparition

le
0
Environnement : les putois menacés de disparition
Environnement : les putois menacés de disparition

Silencieux et volontiers noctambule, le putois est un animal sauvage si discret que l'on a plus souvent tendance à le sentir qu'à le voir lorsqu'on le croise en forêt. La faute à cette odeur pestilentielle qu'il dégage sous l'effet de la frayeur. Mais si les chasseurs et les paysans ne l'aiment pas, c'est surtout parce qu'on l'accuse parfois de rôder autour des poulaillers et qu'il passe pour un redoutable prédateur de faisans et de perdrix. Victime de cette mauvaise réputation, l'ancêtre sauvage du furet domestique a été tellement traqué et piégé que sa population est en déclin préoccupant aujourd'hui en France.

 

C'est le constat que dresse la Société française pour l'étude et la protection des mammifères (SFEPM) dans une enquête qui vient de paraître. D'après cette association créée en 1977 et qui rassemble vétérinaires, chercheurs et naturalistes, l'existence du putois d'Europe est désormais en sursis dans l'Hexagone. Au point que l'ONG demande au ministère de l'Ecologie d'inscrire «urgemment» l'animal sur la liste des «mammifères protégés». C'est qu'il est aujourd'hui susceptible d'être classé «nuisible» dans n'importe quel département, comme c'est le cas en Loire-Atlantique et dans le Nord-Pas-de-Calais. Il continue d'ailleurs à être tiré au fusil et victime de piégeage.

 

Mieux traité dans les pays voisins

 

«Il a été abondamment pourchassé pendant tout le XXe siècle et les menaces qui pèsent sur lui sont multiples», souligne le naturaliste Pierre Rigaux. Le petit carnivore, que l'on croise souvent en bordure d'étang, de marais ou dans les bocages, souffre de la disparition de son habitat naturel. Notamment les zones humides et les haies bocagères qui encadraient jadis les petits champs et ont été rasées pour concevoir d'immenses parcelles d'agriculture intensive. «Il devrait pourtant être considéré comme un allié des agriculteurs car il se nourrit en partie de campagnols et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant