Environ 2.000 personnes évacuées d'un camp de migrants à Paris

le
3
    PARIS, 6 juin (Reuters) - Un campement de migrants installé 
dans le nord de Paris, où plus d'un millier de personnes avaient 
trouvé refuge ces dernières semaines, était en cours 
d'évacuation lundi matin, a fait savoir la maire de la ville, 
Anne Hidalgo. 
    Les occupants de ce camp de fortune, situé dans les Jardins 
d'Eole, devaient être relogés, a-t-elle précisé.         
    "Hier soir, c'était 1.300, mais au dernier pointage ce matin 
(...), on était autour de 2.000 personnes", a déclaré Anne 
Hidalgo sur Europe 1. 
    La semaine dernière, la maire de Paris a annoncé son 
intention d'ouvrir un campement aux normes internationales pour 
trouver une solution plus durable aux centaines de migrants qui 
ont occupé ces derniers mois des sites clandestins, le plus 
souvent dans des conditions insalubres.   
    "Il nous faut un camp humanitaire. On le voit très bien. 
Certains expliquent que le fait de créer des structures 
d'accueil, c'est un appel d'air qui est donné. Mais l'appel 
d'air est là", a-t-elle justifié. 
    Selon elle, de 80 à 100 migrants arrivent chaque jour à 
Paris, dont une grande partie a transité par l'Italie avant 
d'arriver en France.  
    La municipalité, qui expertise actuellement plusieurs 
terrains dans le nord et l'est de la capitale, réfléchit à la 
possibilité d'ouvrir plusieurs sites. "Parce que nous ne voulons 
pas non plus de très, très grandes unités", a dit Anne Hidalgo. 
 
 (Simon Carraud, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dotcom1 il y a 6 mois

    Qu'a-t-elle prévu pour les modestes qui ont tout perdu dans les inondations?

  • mlaure13 il y a 6 mois

    Mais l'appel d'air est là", a-t-elle justifié....Ce n'est pas une justification, il ne fallait pas laisser faire...la chienlit restera tjrs la chienlit.../-(((

  • M5637764 il y a 6 mois

    Il n'y a déjà pas de travail pour tous les Français et rien n'est fait pour arrêter l'hémorragie.dans le nord de Paris, ils sont des centaines à cogner aux vitresde nos voitures pour nous réclamé de l'argent.Un jour, cela va finir mal car la peur s'installe pour ceux quivivent dans ces quartiers