Entrée triomphale à Wall Street du prêteur alternatif LendingClub

le
0
Entrée triomphale à Wall Street du prêteur alternatif LendingClub
Entrée triomphale à Wall Street du prêteur alternatif LendingClub

La startup LendingClub, fondée par le français Renaud Laplanche, pionnier du prêt entre particuliers, a fait une entrée tonitruante à Wall Street jeudi, auréolée de la bénédiction de grands noms de la finance américaine comme l'ancien secrétaire au Trésor Lawrence Summers.Basée à San Francisco, LendingClub a vu son titre, coté sous le symbole ("LC") sur le New York Stock Exchange, flamber de plus de 60% dans les premières minutes avant de reculer.Il s'échangeait à 23,10 dollars vers 17H25 GMT, ce qui représente un bond de 54% comparé à son prix d'introduction fixé la veille à 15 dollars.Premier prêteur alternatif à tenter le saut boursier, LendingClub valait ainsi quelques 8,4 milliards de dollars, une consécration pour une entreprise fondée il y a seulement 7 ans. - "Etape importante" -Signe de l'intérêt que le groupe suscite, il a réussi à lever 870 millions de dollars et pourrait même récolter près d'un milliard si l'option de surallocation portant sur 8,7 millions d'actions supplémentaires était exercée dans les 30 prochains jours par les banques conseil."C'est une étape importante après sept ans de travail et de construction", a confié soulagé à l'AFP M. Laplanche, 44 ans, sur le plancher de Wall Street.Ce diplômé d'HEC, champion de France dans sa jeunesse de laser (dériveur barré en solitaire) et qui rêvait de participer aux Jeux Olympiques de Barcelone en 1992, a eu le privilège quelques minutes plus tôt de sonner la cloche, marquant l'ouverture officielle de la séance boursière.Jean, chemisette et blouson rouge, fabriqué pour la "consécration" et distribué à une centaine d'utilisateurs invités à venir partager ce baptême boursier, Renaud Laplanche a du mal à retenir ses larmes.Entouré de ses collaborateurs survoltés, il délivre difficilement le "Thanks (Merci!)" dans les allées du "Parquet" où on lui donne du "Congratulations! ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant