Entrée en vigueur d'une trêve au Yémen, nuit calme à Sanaa

le
0

SANAA, 27 juillet (Reuters) - Sanaa, la capitale du Yémen pilonnée pratiquement tous les jours depuis quatre mois, a été épargnée par les bombardements dans la nuit de dimanche à lundi, après l'entrée en vigueur d'une trêve décrétée par la coalition formée par l'Arabie saoudite contre les milices rebelles houthies, rapportent des habitants. Le cessez-le-feu a été déclaré à partir de 23h59 dimanche (20h50 GMT) pour une durée de cinq jours, afin de permettre l'acheminement d'une aide humanitaire à la population durement touchée par des semaines de combats. Des combats ont toutefois été signalés par des milices anti-houthies dans le sud du pays, dans les provinces de Marib et Taëz. Aucun détail n'a pu être obtenu. Depuis l'intervention de la coalition sunnite aux côtés des forces du gouvernement du président Abd-Rabbou Mansour Hadi le 26 mars dernier, plus de 3.500 personnes ont été tuées, parmi lesquelles 365 enfants selon l'Unicef. L'Onu estimait à la mi-juin que la moitié de la population du pays le plus pauvre du Golfe, soit 13 millions d'habitants, souffrait de malnutrition et que 6 millions étaient exposés à la famine. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a exhorté dimanche soir les parties en conflit à observer cette trêve. "Le nombre croissant de victimes civiles (...) et la catastrophe humanitaire en cours font de cette trêve et de son éventuelle extension un impératif", a-t-il dit dans un communiqué. Peu avant cet appel, le chef du comité révolutionnaire suprême houthi, Mohamed Ali al Houthi, avait dit attendre d'être informé officiellement par les Nations unies de ce projet de cessez-le-feu avant de prendre une décision. (Mohammed Ghobari; Jean-Stéphane Brosse pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant