Entre Washington et Islamabad, rien ne va plus 

le
0
Au nom de la lutte contre le terrorisme, Washington et Islamabad ont toujours trouvé des rustines pour rapiécer leur mariage de raison. Mais «l'affaire Davis» risque d'attiser la crise entre les deux pays.

Deux jours après le double meurtre de Lahore, le quotidien The News dressait la liste de tous les méfaits commis par les agents de sécurité américains envoyés au Pakistan par Washington, certains sous couverture diplomatique. Selon le journal, ils sont armés, défiant ainsi la loi pakistanaise.

«J'ai le droit de faire ce que je veux où je veux au Pakistan», aurait lancé un diplomate américain à un officier de police pakistanais à Islamabad. «Lorsque Davis a demandé son visa pour le Pakistan, toutes les informations qu'il a fournies étaient fausses: adresse, numéros de téléphone, tout était bidonné. Mais le consulat pakistanais à Washington lui a accordé un visa sans rien vérifier», assène un officier de l'ISI. Ajoutant: «En deux jours, plus de 400 visas ont ainsi été accordés à des individus du même acabit que Davis.»

Depuis le début de l'«affaire Davis», Washington et Islamabad sont à couteaux tirés et personne n'ose pré­dire le dénouement d

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant