Entre Trump et Clinton, la guerre totale

le , mis à jour à 06:25
0
Entre Trump et Clinton, la guerre totale
Entre Trump et Clinton, la guerre totale

Décidément, le nom du candidat républicain à la présidentielle ne fait pas recette ces temps-ci. Le Trump Taj Mahal, l'ex-casino du milliardaire à Atlantic City, a fermé ses portes hier matin. Quelques heures plus tôt, Trump en finissait avec le week-end le plus difficile qu'il ait connu depuis qu'il s'est lancé à l'assaut de la Maison-Blanche. Cela a commencé vendredi soir avec la sortie d'un vieil enregistrement où on l'entend tenir des propos obscènes sur les femmes. Il s'est clos dimanche soir par le débat télévisé le plus violent de l'histoire présidentielle américaine.

Il fallait s'y attendre : au lieu de faire profil bas, Trump s'est comporté comme un grand fauve blessé. Il s'est acharné sur Hillary Clinton, traitée en ennemie, et a ciblé son mari, Bill Clinton, dont il a fait un prédateur sexuel. « Si vous le regardez, c'est bien pire [...]. Il a abusé de femmes », a-t-il lâché, en assurant que lui n'avait dérapé qu'avec « des propos de vestiaire ». Dans la salle de l'université de Missouri où se tenait le débat, il avait invité trois femmes qui — dans une conférence de presse convoquée juste avant le duel télé — juraient avoir été agressées par l'ancien président.

Clinton vainqueur, La politique perdante

Hillary Clinton a répliqué durement, avant d'être à nouveau attaquée sur l'affaire qui empoisonne sa campagne  : celle de la messagerie électronique privée qu'elle utilisait quand elle pilotait la diplomatie américaine, entre 2009 et 2013. Trump , qui l'accuse d'avoir mis en péril la sécurité nationale, a promis de nommer un procureur spécial s'il est nommé président, « car il n'y a jamais eu autant de mensonges ». Avant de laisser entendre que s'il était élu président, elle irait en « prison ».

Hier, les médias américains, stupéfaits par la violence du « sale débat », comme l'a qualifié CNN, ont donné Clinton vainqueur... et la politique perdante. ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant