Entre Moscou et Washington, une entraide policière limitée

le
0
Alors que Barack Obama et Vladimir Poutine ont convenu samedi, selon le Kremlin, de renforcer leur coopération en matière de lutte anti-terroriste, certains experts doutent de la réelle volonté des deux pays de partager leurs informations.

L'implication présumée de deux Tchétchènes dans les attentats de Boston éclaire d'un jour nouveau la coopération antiterroriste entre les États-Unis et la Russie. Sitôt les suspects identifiés, Vladimir Poutine s'est empressé d'offrir son aide à Barack Obama tandis que certains responsables russes ont ostensiblement marqué leur distance avec l'affaire. L'homme fort de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a même imputé l'attentat à une défaillance des services de renseignements américains.

À en croire certains experts, le drame de Boston pourrait déboucher sur le resserrement du partenariat entre les deux pays, qui sont actuellement en froid. D'autres craignent cependant une instrumentalisation de l'attentat par le maître du Kr...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant