Entre le PS et le FN, l'UMP ne choisit pas

le
0
VIDÉO - A l'issue de la réunion du bureau politique du parti, Jean-François Copé a justifié la position du «ni PS-ni FN» pour le second tour des législatives. Une ligne déjà mise à mal par le retrait d'un candidat au profit du FN dans les Bouches-du-Rhône.

Pas de désistement en faveur du PS ni d'alliance avec le FN. C'est la position qu'a adopté l'UMP cet après-midi, lors de son bureau politique extraordinaire. Alors que le PS a appelé dimanche soir au «désistement républicain» pour «faire barrage au FN» dans les 61 circonscriptions dans lesquelles le parti frontiste sera présent au second tour, l'état-major de l'UMP s'est prononcé en faveur de la ligne du «ni-ni». Une ligne que Jean-François Copé a défendue à l'issue de la réunion à l'Assemblée.«Dans les situations de triangulaires, nous demandons à la totalité de nos candidats qui sont en situation de se maintenir de le faire. Dans le cas des duels qui opposeraient le FN aux candidats de gauche, il n'est pas question de voter pour le candidat du FN ni pour un candidat socialiste qui aurait fait le choix de l'alliance avec l'extrême-gauche de Jean-Luc Mélenchon», a-t-il expliqué. «Il n'est pas question d'appeler à voter pour un parti dont on ne partage pas

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant