Entre la pluie et l'anonymat

le
0
Entre la pluie et l'anonymat
Entre la pluie et l'anonymat

Le championnat d'Irlande de football reprend ses droits ce vendredi, à 21h45 (heure française). Peu connu et peu suivi au sein même de " l'île verte ", il est le seul championnat d'Europe (qui ne soit ni de Scandinavie ni d'Europe de l'Est) utilisant un calendrier été allant de mars à octobre. Tentative d'explication sur place.

" Vous faite un article sur le championnat d'Irlande ? C'est bien ça car on en parle pas beaucoup, venez donc au Madison samedi soir à 21h, c'est un peu loin du centre-ville, mais on fait une fête avec les joueurs et le staff pour le début de saison, vous pourrez rencontrer du beau monde ! ", s'exclame avec son fort accent irlandais Tony Berney, la soixantaine, l'un des responsables du club des supporters des Shamrock Rovers (une des équipes de la capitale irlandaise.) Direction donc Tallaght, au sud-ouest de la ville, lieu où le club a ses quartiers depuis quelques saisons.

Entre une trêve trop longue et de l'auto-gestion


A peine le temps d'arriver que Tony est déjà là, et invite à prendre une Guiness, au comptoir du troisième étage de l'établissement. " Je suis content que ça reprenne, ça faisait un moment, ça fait plaisir de revoir toute l'équipe ", explique-t-il. Car si le championnat d'Irlande se caractérise par son calendrier été, il est aussi connu pour avoir une longue trêve, redoutée par les joueurs et les entraineurs. Du début du mois d'octobre au début du mois de janvier, aucun match n'est en effet prévu par la Ligue. La plupart des joueurs, semi-professionnels, ne sont donc pas payés par leur club et en repos forcé. " Mais c'est une période qui nous demande du travail en amont, prévient Keith Long, l'entraineur des Bohemians, le club du nord de Dublin. On est obligés de donner beaucoup de consignes aux joueurs avant qu'ils ne partent, de leur préparer des exercices précis pour qu'ils reviennent avec une bonne condition physique. Et puis des programmes pour éviter les blessures, car une longue période sans jouer, ça peut être dangereux. " Un propos que confirme Maxime Blanchard, le défenseur français des Shamrock Rovers, passé notamment par Laval : " Le défaut de ce calendrier, c'est que la trêve est trop longue. Alors oui, on a des programmes individuels. Mais honnêtement l'auto-gestion ça va cinq minutes. Au bout d'un mois, t'as envie de retourner sur le terrain. "

McGeady : " J'ai oublié ce que c'était d'être footballeur "
Ce retour sur le terrain s'avère souvent…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant