Entre François Hollande et l'armée, une relation à bâtir

le
0
Même s'il n'a pas de passion particulière pour l'armée, le président ne lésine pas sur les symboles, et préfère une approche humaine du sujet aux grandes théories stratégiques

Donner de la considération ne coûte rien. François Hollande en a pour les militaires. En tant que chef des armées, il tient son rôle. À la veille du défilé du 14 Juillet, lors d'une réception à l'hôtel de Brienne au ministère de la Défense, le président de la République devait rendre hommage hier aux militaires tués ou blessés au combat et rencontrer leurs familles. Il devait aussi revenir sur sa décision de retirer les forces françaises d'Afghanistan en soulignant, pour en convaincre, que la France avait accompli sa mission. Enfin, il devait assurer que la Défense ne serait pas davantage soumise à la rigueur que les autres ministères. À gauche, la tentation est toujours forte de vouloir faire des économies budgétaires sur le dos des militaires qui, en retour, se méfient.

François Hollande n'a pas de passion pour l'armée. L'histoire retient qu'il a dû insister pour effectuer son service, alors qu'il aurait pu être réformé. Le jeune homme voulait rester av

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant