Entre football et rugby, Bordeaux tourne à l'ovale

le , mis à jour à 10:31
0
Entre football et rugby, Bordeaux tourne à l'ovale
Entre football et rugby, Bordeaux tourne à l'ovale

D'un côté, il y a les Girondins, un grand nom du football français, assis sur six titres nationaux, mais clairement en perte de vitesse depuis sept ans (une Coupe de France en 2013, mais aucune place dans le top 4 de la Ligue 1). De l'autre, on trouve l'UBB, un club porté par un vent de renouveau. Au petit jeu des comparaisons, le constat s'impose à l'évidence : Bordeaux penche de plus en plus pour le ballon ovale. Etat des lieux avant la reprise de la Ligue 1 et du Top 14, en août.

 

L'un s'affirme, l'autre déçoit

Willy Sagnol débarqué à huit journées de la fin, le plus mauvais classement en Ligue 1 depuis 2005 (11e) : les Girondins doivent se relever d'une saison dernière totalement ratée. L'UBB, elle, a joué sa qualification pour les phases finales jusqu'à l'ultime journée pour la troisième fois consécutive (7e). Et elle participera encore à la Coupe d'Europe cette saison, quand les footballeurs regarderont les joutes continentales à la télévision. « Je rappelle à ceux qui nous critiquent que nous avons remporté tous les trophées nationaux depuis dix ans et que nous avons été européens trois fois depuis 2012 », s'agace Jean-Louis Triaud, le président des hommes au scapulaire. « Les Girondins sont un grand club, ajoute son homologue de l'UBB, Laurent Marti. Nous, nous construisons avec l'ambition d'accéder aux phases finales. »

 

Trois fois plus de budget, mais...

Les Girondins ont un budget trois fois supérieur à celui de Bordeaux-Bègles (60 MEUR contre 20 MEUR). Mais le tissu économique local est plus rugby. Le résultat d'un travail de fond entrepris par Laurent Marti, infatigable VRP de son club et patron d'entreprise lui-même. Il a ainsi créé une association avec les grands noms du monde du vin pour récolter des fonds pour le centre de formation. L'UBB a une très bonne image. Celle des Girondins souffre des mauvais résultats et d'un manque global d'ambition. Un signe de la baisse ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant