Entre Brest et Alger, le canon de la discorde

le
2
Des historiens algériens aimeraient récupérer un canon qui défendait le port d'Alger. Il a été installé à Brest en 1833.

Emoi à Brest samedi dernier! Une conseillère du ministère de la Défense affirmait que la France avait reçu début juillet une demande officielle de l'Algérie pour récupérer un célèbre canon qui a défendu Alger pendant deux siècles et qui trône depuis 1833 à l'arsenal. Une information démentie lundi par un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, en charge de ce genre de demande.

Plusieurs associations algériennes réclament depuis de nombreuses années le retour du canon mythique et multiplient les demandes de restitution. Mais elles n'ont jamais abouti. Le président de la fondation Casbah, l'historien Belkacem Babaci, milite pour le retour du canon depuis la fin des années quatre-vingt-dix. «Nous avons bon espoir, ce serait un geste symbolique».

Il espérait récupérer cette pièce d'artillerie de 7 mètres de long et de 12 tonnes à l'occasion de 50 ans de l'anniversaire de son indépendance en 2012 mais, en «période d'élections, nous n'avons pa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bercam01 le mardi 7 aout 2012 à 15:06

    Et si on allait le leur balancer sur la g... leur canon di mierda ?

  • M3435004 le mardi 7 aout 2012 à 09:41

    Et bien alors qu'ils rendent tout ce qu'ils ont volé ! Qu'ils respectent nos morts et nos cimetières ! Et notamment celui des marins français tombés à Mers El Kébir en 1940 (en majorité bretons) ! Et qu'il rende à ma famille la statue de mon arrière grand père, ancien maire d'Alger.