Entre affaire privée et dilemme politique

le
0
Le message de Valérie Trierweiler a créé de la confusion en pleine campagne législative.

Agacé? «Embarrassé», corrige-t-on. Auprès de ses proches, François Hollande n'a pas caché sa gêne. Compréhensible... L'encouragement lancé sur Twitter par sa compagne Valérie Trierweiler à Olivier Falorni, opposant à Ségolène Royal, son ex-compagne, a de quoi déstabiliser effectivement, à cinq jours du second tour des élections législatives et alors qu'il a adressé à l'ex-candidate à la présidentielle un message écrit de soutien. La journaliste n'avait pas prévenu son compagnon.

Le message a créé de la confusion en pleine campagne législative. «Espérons que cela n'aura pas d'incidence», indique-t-on dans l'entourage du chef de l'État. Mais personne n'en sait rien pour l'instant et personne ne comprend rien aux ressorts secrets de l'histoire. «Au début, j'ai cru que c'était un faux tweet», raconte un cadre du PS, médusé. Quoi qu'il en soit, la polémique a pris aussitôt. Au PS, l'inquiétude pointe: «Je veux bien que ce soit un couple normal, m

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant