Enthousiasme et scepticisme à l'annonce d'un second roman d'Harper Lee

le
0

NEW YORK, 5 février (Reuters) - L'annonce de la parution cet été du second roman d'Harper Lee, auteur en 1960 de "Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur", devenu un classique de la littérature américaine, a suscité surprise et enthousiasme dans le monde de l'édition, teintés d'une dose de scepticisme. "Go Set a Watchman" sera mis en vente le 14 juillet, a annoncé mardi la maison d'édition Harper, filiale du groupe HarperCollins. Rares étaient les initiés au courant de cette parution et même la romancière, aujourd'hui âgée de 88 ans, pensait que le manuscrit avait été perdu. Ecrit dans les années 1950, avant "L'oiseau moqueur", le texte a été redécouvert par son avocate dans un coffre-fort, à côté du manuscrit original du premier roman publié d'Harper Lee. Pour Khalil Gibran Muhammad, directeur du centre Schomburg de recherche sur la culture noire de la Bibliothèque publique de New York, cette découverte est aussi rare que précieuse. "A quelle fréquence l'édition a-t-elle la possibilité de publier une seconde oeuvre d'un auteur dont les promesses étaient énormes mais qui n'a jamais pu mener à bien un deuxième projet ?", résume-t-il. Car Harper Lee s'était éloignée de l'écriture, comme écrasée par le succès phénoménal de son premier roman. "To Kill a Mockingbird" ("Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur"), traitant du racisme et de l'injustice dans le Sud des Etats-Unis, s'est vendu à quelque 40 millions d'exemplaires dans le monde et a été adapté au cinéma, valant au passage un Oscar à Gregory Peck pour son interprétation de l'avocat Atticus Finch. Ecrit plus tôt, "Go Set a Watchman" reprend les mêmes personnages mais se déroule vingt ans plus tard, lorsque Scout, la fille de Finch, devenue adulte, revient lui rendre visite dans la ville fictive de Maycomb, en Alabama. Certains se demandent à quel point Harper Lee, affaiblie par un AVC en 2007 et endeuillée par la mort, il y a quelques mois, de sa soeur Alice, qui fut son avocate pendant plusieurs décennies, a été associée à la décision de publier ce roman, cinquante-cinq ans après le premier. "J'ai des questions, des interrogations, et je ne suis pas la seule dans ce cas, sur son état de santé", a notamment déclaré Marja Mills, auteur d'un essai sur les soeurs Harper. "D'autant qu'elle a confié à des proches qu'elle ne se relancerait pour rien au monde dans la promotion de la parution d'un nouveau livre." Wayne Flint, historien et ami de Lee, qui dit l'avoir vue récemment, a déclaré qu'elle ne savait rien de ce manuscrit. "Mais je ne pense pas que quiconque puisse faire cela sans le consentement de 'Nelle' (le surnom de la romancière)", a-t-il dit au site AL.com. L'avocate de Lee Harper, Tonya Carter, qui a négocié les droits d'auteur, n'a pu être jointe. (Patricia Reaney; Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant