Enseignants : "Le travail invisible ne peut donner lieu à une reconnaissance"

le
2
Toutes les études convergent depuis des dizaines d'années pour établir un temps de travail véritable autour de 40 heures par semaine.
Toutes les études convergent depuis des dizaines d'années pour établir un temps de travail véritable autour de 40 heures par semaine.

Le Point : Vous êtes, avec Christophe Hélou, l'auteur d'un livre, La Souffrance des enseignants, sous-titré Une sociologie pragmatique du travail enseignant. Est-ce que l'absence de reconnaissance du véritable temps de travail fourni par les professeurs fait partie des causes de cette souffrance ?

Françoise Lantheaume : Vous supposez - à juste titre - que l'un des problèmes du travail invisible, c'est qu'il ne peut pas donner lieu à une reconnaissance. En effet, il s'agit là de l'une des difficultés majeures du travail enseignant. Or on sait bien que l'une des sources de la souffrance des enseignants c'est la faiblesse de la reconnaissance de leur travail, particulièrement par leur hiérarchie et par leurs pairs. Dans ces conditions, les enseignants ont tendance à se reposer beaucoup sur la reconnaissance des élèves, mais elle est aléatoire car les élèves ne sont pas toujours en mesure d'apprécier leur programmation didactique, le choix de leurs outils pédagogiques, de leurs critères d'évaluation, etc.

Pourquoi, selon vous, la hiérarchie et plus globalement la société sont-elles incapables de reconnaître ce travail invisible fourni par le corps enseignant ?

Il y a deux questions. Du côté du groupe professionnel, il existe une histoire qui a contribué à construire cette invisibilité. Le statut des enseignants pour le secondaire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • JODHY le vendredi 15 mai 2015 à 11:46

    warfff , travail invisible, ce qu'on voudrait nous c'est justement que ce travail soit visible ,quantifiable ,avec des élèves sachant lire et écrire le reste est foutaise et propagande

  • dotcom1 le vendredi 15 mai 2015 à 11:43

    Si votre travail invisible n'est pas reconnu, rendez-le visible et on vous croira peut-être.