Enseignante vendéenne : le point de vue d'un psychiatre

le
2
INTERVIEW - Pour le Dr Paul Bensussan, psychiatre et expert à la cour de cassation, une relation sexuelle entre une femme de 33 ans et un préadolescent de 12 ans implique «indubitablement un ascendant de l'adulte».

Une relation sexuelle avec un mineur implique-t-elle une pathologie?

Si une telle relation sexuelle est moralement et judiciairement reconnue comme transgressive, elle n'est pas toujours sous-tendue par une pathologie. Une pathologie suppose une préférence sexuelle pour des mineurs, le fait d'abuser d'un statut particulier de confident, de professeur...

Peut-on parler de relation amoureuse?

J'aurais du mal à la qualifier ainsi car la différence de maturité sexuelle, érotique et surtout émotionnelle est trop importante entre un préadolescent de 12 ans et une femme de 33 ans. Il existe indubitablement un ascendant de l'adulte. Je qualifierais au mieux cette relation d'initiatique.

Quelles sont les conséquences sur la victime?

Les conséquences psychologiques sont d'autant plus importantes que le mineur ressort du procès avec l'idée d'avoir été manipulé et utilisé: il n'est plus sujet, mais objet. Son rôle se réduit à son statut de victime et il éprouve alors le se

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9390997 le mercredi 5 sept 2012 à 19:44

    Le traumatisme s'il y a, vient du procés et de la bande à Freud,feu Dolto ! A 12 ans, j ai eu aussi 12 ans je savais tres bien ce que je faisais; j aurais aimé être à sa place.Qu il regarde ses jeux vidéo de violence, c est moins traumatisant..... ça rapporte gros aux lobys.

  • mlaure13 le mercredi 5 sept 2012 à 16:51

    L'éducation sexuelle (pratique)devrait être tolérée dans tous les Établissements ...Il ne connaît pas son bonheur,ce petit "K-on" ...MDR !!!...