Enrico Letta : «L'Europe permet de protéger nos citoyens»

le , mis à jour à 11:53
2
Enrico Letta : «L'Europe permet de protéger nos citoyens»
Enrico Letta : «L'Europe permet de protéger nos citoyens»

Chômage, corruption, sentiment de déclin... L'Europe est-elle la source de tous les maux ? Les responsables nationaux ne sont-ils pas coupables de cette diabolisation ? Nous avons voulu donner la parole à ceux qui y croient. Parmi eux, l'Italien Enrico Letta , ancien Premier ministre, actuel président de l'Institut Jacques-Delors, à Paris, et doyen de l'Ecole des Affaires internationales de Sciences-Po.

Dire que l'Europe c'est la paix, cela a encore du sens ?

ENRICO LETTA. C'est même l'Affirmation, avec un grand A. Le plus grand résultat de soixante ans d'intégration européenne, c'est la paix. Au point que celle-ci paraît aujourd'hui naturelle. Or c'est faux, il suffit de voir la Russie et l'Ukraine.

Mais on voit resurgir partout les populismes, le nationalisme...

C'est lié à la question des migrations, qui fut le grand enjeu de la campagne britannique... alors qu'ils ne sont pas concernés ! On a sous-estimé la crise des réfugiés depuis 2015, pourtant la plus violente en Europe depuis 1945 : 3 millions de personnes déplacées, avec un choc culturel dans les pays d'arrivée. Pire, on ne voit aucune raison d'espérer que ces flux cessent, vu la situation dans les pays d'origine : Syrie, Erythrée... Il aurait fallu expliquer qu'aucun Etat n'a les moyens d'empêcher ces entrées. Or non seulement nos gouvernements n'ont rien expliqué, mais ils ont empêché l'Europe d'agir correctement.

En quoi cela favorise-t-il la montée du populisme ?

Parce qu'on est entrés dans l'ère de saint Thomas : les gens croient seulement à ce qu'ils voient. Ils ont vu l'échec des partis traditionnels et des gouvernements face à cette crise, ce qui fait le jeu des mouvements populistes, en Autriche, en Grande-Bretagne, en Italie, etc.

Comment inverser la tendance ?

L'Europe ne pourra gagner que si elle montre ce qu'elle fait de bien. Erasmus, par exemple. C'est un succès parce que c'est du concret : les gens y participent et se rendent compte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo il y a 11 mois

    J'entends encore Jacques Delors avouer : "l'Europe est un despotisme doux et éclairé". Doux ? En légiférant comme le dit fort justement frk987 sur tout et n'importe quoi, il se fait haïr. Éclairé ? En ne proposant rien pour la crise migratoire il montre son impuissance. Être là où on ne veut pas et pas là où on en a besoin, cela s'appelle carton plein pour susciter la défiance.

  • frk987 il y a 11 mois

    Si vous arrêtiez avec le calibre des tomates ou le rayon de courbure des concombres ou bien l'art de ramasser les pommes avec ou sans escabeau, je vous assure que l'UE aurait une meilleure aura auprès des populations. Occupez vous de choses sérieuses, mais c'est peut-être demander beaucoup comme l'harmonisation fiscale, la fermeture des frontières de l'UE...etc.....