Enregistrements de Buisson : la droite et Sarkozy dans la tourmente

le
1
Enregistrements de Buisson : la droite et Sarkozy dans la tourmente
Enregistrements de Buisson : la droite et Sarkozy dans la tourmente

Le conseiller de Nicolas Sarkozy Patrick Buisson a plongé la droite dans la stupéfaction et la colère, avec la révélation de ses enregistrements de réunions à l'Elysée et de conversations privées, qui s'étalent désormais dans la presse.

L'ex-Premier ministre François Fillon a qualifié le procédé de «répugnant». «Une forme de viol», a dénoncé Henri Guaino, ancienne «plume» de Nicolas Sarkozy cité dans ces enregistrements. Selon lui, l'ex-président a le «sentiment d'avoir été trahi». Autre très proche de Nicolas Sarkozy, l'ancien secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant s'est dit «surpris», «déçu» et «choqué». «Il y a de quoi tomber de sa chaise», s'indigne l'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, parlant d'une «grande violence».

A 18 jours d'élections municipales dont elle voulait faire le tremplin de sa reconquête, l'UMP est donc, après l'affaire Copé-Le Point, à nouveau confrontée à des désordres potentiellement préjudiciables. Le président de l'UMP, avant son meeting à Strasbourg, s'est lui aussi dit «stupéfait», tout en affirmant que l'essentiel était à l'approche des municipales de parler de «ce qui intéresse les Français», à savoir «le chômage» et «les impôts».

L'affaire de ces enregistrements, lancée par Le Canard Enchaîné de ce mercredi 5 mars 2014 puis le site Atlantico après une première mention dans Le Point le 11 février contre lequel Patrick Buisson a annoncé une plainte, menace de prospérer. «Il y a apparemment des dizaines, des centaines d'heures d'enregistrement, il faut être malade», s'est exclamé Henri Guaino.

QUESTION DU JOUR. L'affaire Buisson peut-elle nuire à un éventuel retour de Nicolas Sarkozy ? 

«Remplacer Fillon par Borloo, c'est grotesque»

Patrick Buisson, 64 ans, historien venu de l'extrême droite ? il a dirigé l'hebdomadaire Minute ? avait déjà été accusé d'avoir «droitisé» à l'excès la campagne du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lompala le mercredi 5 mar 2014 à 23:20

    Je suis toujours sceptique quand des adversaires ou des faux-frères se mobilisent pour sauver "l'honneur" de quelqu'un qui ne leur demande rien !!